La tendance se maintient à la baisse pour la troisième fois pour les véhicules de seconde main. Les chiffres relevés en février 2022 témoignent d’une chute de près de 10 % sur le marché français. Celle-ci concerne tous les segments excepté les modèles ayant plus de 15 ans. Les transactions ont augmenté pour ces derniers contrairement aux gammes plus récentes.

Les ventes de véhicules de seconde main se mettent au ralenti en France depuis le début de l'année 2022. Ce recul n'est cependant pas nouveau, il a été relevé depuis décembre 2021 et s'est poursuivi jusqu'en février 2022. Les immatriculations ont chuté d'environ 10 % pour le deuxième mois de l'année d'après les informations recueillies par le cabinet NGC-Data. Seuls les modèles de plus de 15 ans ont été épargnés. Cette situation est en partie due à un repli des demandes émanant des consommateurs. Cela dit, l'occasion reste privilégiée par rapport aux véhicules neufs, un écart a été constaté au niveau des ventes réalisées.


Une exception pour les vieux modèles

Les données renseignées indiquent que les immatriculations ont baissé de 9,8 % en février 2022 pour les véhicules de seconde main. En tout, 444 862 unités ont été échangées sur le marché français sur cette période. À titre de comparaison, leur nombre était à 500 451 en février 2021. Le recul est en outre de 9,4 % en deux mois, soit 882 137 véhicules immatriculés de janvier à février 2022.

Cette chute se ressent sur presque tous les segments. Elle est plus contenue pour :

  • Les modèles ayant entre 2 et 4 ans (- 5,2 %) ;
  • Ceux de 5 à 6 ans (- 3,9 %).

Elle est en revanche plus importante pour :

  • Les véhicules qui ont moins de 1 an (- 22,4 %) ;
  • Les automobiles qui ont entre 1 et 2 ans (- 39,6 %).

Les ventes ont diminué de 16 % en février pour les véhicules qui ont entre 7 et 10 ans.

La gamme des 15 ans et plus fait néanmoins figure d'exception. Les transactions les concernant ont progressé de 0,7 % sur un an selon les chiffres de février 2022. Comme les voitures neuves, il est possible de souscrire une assurance adaptée aux véhicules d'occasion. Les conducteurs sont invités à demander un devis assurance auto pour connaître le montant de la prime mensuelle.


Un écart constaté en comparaison des chiffres deux ou trois ans auparavant

La part de marché diffère aussi selon le modèle. 66,2 % des transactions concernent les véhicules de 5 ans et plus. En revanche, celles de 15 ans et plus représentent 24,3 % des ventes. Ces dernières sont en général constituées par les voitures échangées entre particuliers.

Le mois de février 2022 marque néanmoins le troisième mois consécutif où le nombre d'immatriculations a chuté pour les occasions. En décembre 2021, les ventes ont déjà reculé de 4,2 %, puis de 9,1 % en janvier 2022. Ces chiffres témoignent de la baisse des demandes provenant des consommateurs. À cela s'ajoute la rareté de l'offre.

L'ampleur de la chute est d'autant plus importante en faisant une comparaison avec les données des années précédentes. Les immatriculations ont atteint 456 972 en février 2019 puis 495 789 en 2020 sur la même période. Toutefois, le marché de l'occasion surpasse celui du neuf. Les chiffres font état de 3,9 modèles d'occasion vendues pour un véhicule neuf en février 2022. Le nombre augmente à 4,1 s'il faut se référer aux données de janvier et février 2022.