D’ici peu de temps, les voitures neuves fabriquées dans l’Union européenne seront obligatoirement équipées de nouveaux dispositifs en faisant essentiellement allusion à une boîte noire qui aura pour objectif principal d’améliorer la sécurité. Des changements qui ne manqueront pas de se faire sentir au niveau des offres assurantielles selon les analystes.

Le moment approche à pas de géant. Celui à partir duquel, les véhicules construits dans l'Union européenne devront être équipés de nouveaux équipements comme l'exige la directive de 2019.

Concrètement, les modèles fabriqués à partir du 6 juillet 2022 seront équipés de dispositifs de sécurité comme l'aide au freinage d'urgence ou encore l'alarme anti-somnolence et anti-distraction. Et la liste est longue, mais dans le lot, c'est la boîte noire qui a attiré l'attention des analystes.

La raison, c'est parce que ces derniers estiment que l'influence de cet élément risque de jouer pour beaucoup dans l'assurance voiture en apportant certains changements au niveau des primes.


L'accent sur la sécurité routière

D'après la directive 2019 de la Commission, les constructeurs opérant dans l'Union européenne ont désormais intérêt à mettre l'accent sur la sécurité routière à partir du 6 juillet 2022 en équipant leurs nouvelles réalisations de certains dispositifs qui serviront cet objectif.

Et comme susmentionné, c'est la boîte noire qui a attiré l'attention pour sa particularité faisant penser à un équipement d'avion. Mais puisqu'il est essentiellement question de voiture, cet élément aura pour mission d'enregistrer les paramètres de conduite 30 secondes avant et 10 secondes après un accident. À savoir :

  • Le régime du moteur ;
  • L'intensité de la collision ;
  • L'usage du clignotant ;
  • Le port de ceinture de sécurité ;
  • La phase de freinage ou d'accélération ;
  • La vitesse.

Des données qui seront à la disposition des forces de l'ordre et qui seront essentiellement utilisées dans le cadre d'une enquête en cas de sinistre.

Ainsi, les voitures neuves qui sortiront à partir de l'année prochaine disposeront de cette boîte noire à la fois inaccessible au conducteur, impossible à désactiver et qui a pour différence de ne pas prendre en compte les images et les sons contrairement à la boîte noire d'un avion.

Des impacts sur l'assurance

En concentrant leurs regards sur ce dispositif digne d'un avion, les analystes sont convaincus qu'il ne manquerait pas d'avoir des impacts sur l'assurance voiture. Ce, en prenant compte du fait qu'en ajoutant ces équipements à leurs modèles, les constructeurs seront contraints de revoir à la hausse le coût de leurs réalisations. À l'expert Olivier Moustacakis d'en expliquer le lien avec la couverture assurantielle en faisant valoir que :

Un véhicule plus onéreux est un véhicule qui coûte plus cher à assurer.

Ainsi, ce responsable auprès d'un site comparateur d'assurance estime que la croissance se profile en matière de prime et de prix des véhicules qui verront le jour à partir du 6 juillet en notant que le tour des voitures d'occasion viendra également même si aucune date n'a encore été précisée.

Un point de vue partagé par l'association 40 millions d'automobilistes faisant remarquer que la mise en place de ces dispositifs pourrait également contribuer dans la baisse du niveau de sinistralité. Ce qui est d'ailleurs le cas aux États-Unis selon Olivier Moustacakis constatant une chute de 20% des accidents ces 5 dernières années depuis l'entrée en vigueur de ces enregistreurs. D'après cet observateur :

Se sachant surveillés par leur voiture, les automobilistes auraient tendance à se montrer plus vigilants.

Un point positif selon ce spécialiste ajoutant que :

Si l'objectif de faire baisser la sinistralité sur les routes de 20% comme aux États-Unis est atteint, on pourrait constater une baisse des primes, avec moins de sinistres à indemniser pour les compagnies d'assurance.