Équipées de logiciels dernier cri, les voitures électriques révolutionnent l’expérience des conducteurs. Outre la boite automatisée, la climatisation personnalisée et les rétroviseurs assistés par caméra, le véhicule du futur va plus loin. Une alliance avec le géant de la Silicon Valley a permis d’intégrer un système Android dans les véhicules. Les usagers peuvent donc se connecter à leur compte Google.

Dès sa phase de conception, une voiture se dote de plusieurs logiciels. Il s'agit de gadgets électroniques conçus pour gérer les phares, les freins, le moteur ou encore le chauffage. Sur les véhicules électriques, les attentes vont plus loin avec un système d'exploitation central intégré. Parmi les références dans le secteur, Tesla a déjà pris de l'avance en créant son propre logiciel.

Pour les autres constructeurs, le doute persiste sur l'achat ou la conception d'un car OS. Plus les voitures électriques sont performantes, plus leur coût d'acquisition est important. Pour en réduire les frais, le devis assurance auto se fait gratuitement et sans aucun engagement.


Les constructeurs automobiles hésitent à concevoir leurs propres logiciels

Pour garantir une expérience de conduite simple et sécurisée, les voitures électriques s'équipent d'un ensemble de logiciels. Appelé «?car OS?», ce système d'exploitation central gère la consommation d'énergie au niveau des batteries. À cela s'ajoutent l'automatisation de la boite de vitesse, les fonctions du calculateur ou le système d'info-divertissement.

Étant donné que les innovations sont lancées, les constructeurs sont obligés de s'adapter. Si Tesla a pu prédire l'avenir en concevant le tout premier système d'exploitation central, les autres devraient pouvoir suivre. En attendant, diverses approches comme les partenariats dans l'info-divertissement existent. Ainsi, une collaboration entre Renault et Google a permis d'intégrer un système Android dans les véhicules.

Du côté des constructeurs seniors, la question se pose encore : faut-il acheter ou concevoir des logiciels?? Le fait est que l'acquisition d'un système OS nécessite un budget élevé à plusieurs milliards de dollars. De plus, il faudra prévoir des mises à jour régulières dont les profits iront aux géants de la technologie de pointe.

Les stratégies adoptées par les concepteurs de véhicules électriques

Pour équiper leurs flottes de logiciels performants, les concepteurs de véhicules électriques se montrent inventifs. Chez Tesla, 55 % des employés se concentrent sur les logiciels. Chez les anciens constructeurs, ce taux est de 25 à 30 %.


Chez Volkswagen, une division autonome de création de logiciels baptisée Car Software ambitionne de produire 60 % des logiciels en interne dès 2025. Toyota a engagé un expert de la robotique. James Kuffner, qui travaillait autrefois chez Google, aide le constructeur nippon à concevoir Arene. C'est un OS ouvert destiné aux véhicules électriques de la marque. Chez Stellantis, un «?chief software officer?» se charge de la mise en place d'un logiciel.

Pour Markus Collet, associé chez Corporate Value Associates :

Les constructeurs pourraient aussi s'associer pour faire front face aux géants de la tech. VW a déjà proposé de mettre son OS à disposition de ses concurrents.