Le mois dernier, les ventes de voitures neuves au Japon ont encore affiché une diminution. Pour cause, les fabricants automobiles locaux ont été confrontés à des complications de production. Cela résulte de la pandémie et de la crise des composants électroniques. Cet effet a également touché la France, qui a vu ses nouvelles immatriculations automobiles s’affaiblir en janvier 2022.

Depuis septembre 2021, les ventes de voitures au pays du Soleil Levant se sont amoindries. En janvier 2022, 122 576 « kei cars » seulement ont été livrées dans cette partie de l'Asie. Soit un recul de 17 % sur un an. En prenant en considération ces mini-véhicules, les immatriculations japonaises ont concerné 329 699 automobiles au total le mois dernier. Par rapport à janvier 2021, ce volume s'est contracté de 14,2 %.

En oubliant le segment des « kei cars », le Japon a écoulé 207 123 bus, camions et véhicules légers. Ces chiffres ont été dévoilés par la Jada, l'association nippone des concessionnaires automobiles.


La chute a concerné presque toutes les marques nippones

Pour comparaison, l'AFP a évalué à 384 442 le nombre d'automobiles neuves distribuées au Japon en janvier 2021. Parmi elles se trouvent 236 592 bus, camions et d'autres véhicules. Sur l'exercice de l'année précédente, une évolution de 6,8 % a tout de même été observée.

En janvier 2022, les nouvelles immatriculations de la quasi-totalité des constructeurs japonais se sont repliées. Alors que Honda a vu les siennes progresser de 4,8 %, Nissan a accusé un affaissement de 10,7 %. En incluant Lexus, sa filiale haut de gamme, Toyota a quant à lui enregistré une décrue de 13,7 %. Pour les sites de simulation assurance auto, la conséquence directe de ces tendances portera sur un effondrement des sollicitations.

Ce phénomène s'explique par des difficultés de production des fabricants japonais du fait :

  • De la crise sanitaire ;
  • D'un contexte d'insuffisance de l'offre sur le marché des puces électroniques.

Les nouvelles immatriculations en France ont aussi diminué

Ces problèmes sont communs à d'autres pays en dehors du Japon. Dans l'Hexagone, le mois dernier s'est ainsi achevé sur une régression des immatriculations de voitures neuves particulières, sur un an. La Plateforme automobile (PFA) a révélé que seulement 102 901 unités de ce type ont été écoulées en janvier dernier. Cela représente un écart de -18,6 % pour la même période en 2021.

Concernant les constructeurs européens, les ventes se sont écroulées de 52,5 % chez Jaguar Land Rover, contre :

  • 44,2 % chez Tesla ;
  • 35,9 % chez Ford ;
  • 34,5 % chez Dacia ;
  • 23,2 % chez Fiat ;
  • 19,9 % chez Peugeot ;
  • 17 % chez Renault.

Globalement, le groupe Stellantis a subi un affaissement de 18,5 % de ses mises à la route (37 321 exemplaires).