Après l’Australie, Uber déploie son service de location de véhicules en France. Disponible sur son application, le service Uber Rent permet de comparer les offres et les barèmes tarifaires des différents acteurs du marché. Au terme du contrat, l’utilisateur peut devenir propriétaire de la voiture avec une réduction sur le prix à la clé.

Un service d'intermédiation entre loueurs et consommateurs

L'entreprise de voiture de transport avec chauffeur (VTC) poursuit la diversification de ses activités. Ayant essuyé d'importantes pertes financières l'année dernière, plus que jamais, elle doit trouver des sources de revenus alternatives.

Ainsi, elle s'est déjà lancée dans la livraison de repas, puis la location de vélos et de trottinettes, et a même pensé à un service de partage d'hélicoptère.

Maintenant, la location de voiture arrive en France, deux ans après sa mise en place en Australie grâce à un partenariat avec le spécialiste californien de l'auto-partage GetAround.

Dans l'Hexagone, la firme américaine a choisi de s'associer avec la plateforme CarTrawler. Il suffit d'ouvrir l'onglet location de son application mobile ou de se rendre sur son site web pour accéder aux offres existantes. Dans la pratique, Uber ne possède ni flotte ni agences, ce qui lui évite des investissements lourds pour se constituer un parc et des coûts de fonctionnement comme le loyer, les salaires, l'entretien, l'assurance auto, etc. En effet, son rôle consiste uniquement à mettre en relation les potentiels clients et les loueurs.


Une variété de formules avec possibilité d'achat à prix réduit

Les automobilistes disposent d'un large choix d'offres de location en fonction des entreprises de location, des caractéristiques de la voiture sélectionnée et du type de forfait.

  • Il est possible de conclure un contrat pour un ou plusieurs mois, voire deux ou trois ans. À la fin de la période d'engagement, l'utilisateur peut acheter le véhicule à un tarif préférentiel.
  • Il existe des formules incluant l'assurance auto et l'entretien, ce qui peut être très intéressant, considérant la hausse continue des dépenses de réparation.
  • Enfin, certains contrats prévoient un forfait kilométrique : en cas de dépassement du plafond fixé, le client doit payer un surcoût pour chaque kilomètre supplémentaire, et la note finale peut être salée?!