D’après une fédération professionnelle locale, les aides à l’achat stimulent les immatriculations de véhicules propres dans l’Empire du Milieu. Ainsi, en 2021, celles-ci ont quasiment augmenté de trois fois comparées à 2020. Pour l’année en cours, cette tendance devrait se poursuivre pour permettre au marché de vendre 5,5 millions de ces voitures.

En Chine, la crise sanitaire a conséquemment nui aux ventes de voitures en 2020. Une année marquée notamment par la mise à l'arrêt du pays entre janvier-mars, à cause de l'épidémie de coronavirus. Durant celle-ci, le nombre d'immatriculations dans l'Empire du Milieu a ainsi diminué de 6,8 % par rapport à 2019.

L'an dernier, environ 20,1 millions d'automobiles neuves, sans considération de catégories, ont été mises à la route en Chine. Sur un an, les chiffres disponibles montrent une augmentation de 4,4 %. Grâce à cette performance, le marché a pu se ressaisir après avoir manqué de dynamisme pendant trois années.


3 millions de véhicules propres immatriculés en 2021

Depuis les années 1990, les immatriculations de voitures ont à ce titre constamment progressé. Et ce, grâce à l'amélioration de la vie des Chinois. Cependant, en 2018 et 2019, des contractions se sont produites sur le plus grand marché automobile autour du globe. Une conséquence principalement de deux facteurs :

  •  Les frictions commerciales avec les États-Unis ;
  •  L'écroulement économique généralisé.

Dans ce contexte, l'Empire du Milieu revendique avoir livré en 2021 environ 3 millions de voitures non polluantes :

  •  À hydrogène ;
  •  Hybrides ;
  •  Électriques.

C'est ce qui ressort d'un rapport de la CPCA (Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles). Sur une année, les immatriculations ont presque triplé, avec une augmentation de 169 %. Un chiffre qui plaira notamment aux distributeurs d'assurance auto pas cher dans le pays asiatique.

Compte tenu de la situation, la CPCA a dû ajuster ses prévisions pour 2022. Cette année, elle espère atteindre les 5,5 millions de voitures propres mises à la route.

Le pays veut verdir son parc automobile

Avec ce volume, 25 % du parc auto de la Chine roulerait alors aux énergies renouvelables. Avec Tesla, plusieurs enseignes locales se concurrencent dans ce segment :

  • Nio ;
  • XPeng ;
  • Geely ;
  • SAIC-GM-Wuling ;
  • BYD ;
  • Etc.

Le marché est poussé entre autres par des aides à l'acquisition. Depuis le début de l'année, les subsides ont cependant été abaissés de 30 %. D'ici le 31 décembre prochain, elles devraient même disparaître complètement.


Dans ce cadre, la Chine ambitionne de se doter d'un parc automobile majoritairement formé de voitures propres à l'horizon 2035. Dans les détails, ces modèles devraient composer à cette échéance plus de 50 % du parc. En parallèle, le titan asiatique souhaite également exporter ses véhicules électriques sur le Vieux Continent, entre autres. Sur ce territoire, les constructeurs chinois restent certes encore insuffisamment actifs, tandis que les ambitions s'avèrent remarquables. Dans les mois à venir, Aiways, Nio ou encore Geely projettent d'ouvrir des concessions à travers l'Europe. Une initiative qui bénéficie de l'appui de Pékin.