En mai dernier, le marché automobile français a encore reculé. En effet, le confinement a encore affecté ce mois, le dispositif sanitaire n’ayant été levé que le 11. Les résultats dévoilés par le CCFA ont permis de connaître la situation de chaque constructeur. Si la plupart des marques ont enregistré une baisse, quelques-unes ont pu contenir leurs pertes.

En mai 2020, les ventes de véhicules neufs ont baissé de 50,3 % chez les particuliers, contre 42,7 % chez les entreprises. Du côté des loueurs, les livraisons de voitures ont également régressé. Sur le segment de la location de courte durée, elles se sont repliées de 78,4 %. Au total, 8 109 modèles ont été immatriculés.

Pour leur part, les spécialistes de la location de longue durée ont subi une chute de 50 % par rapport à mai 2019. Le nombre de voitures vendues s'est établi à 9 920 unités. Comment cette baisse généralisée s'est-elle répercutée chez les compagnies d'assurance auto ?

La baisse généralisée persiste

Avec des ventes qui ont chuté de 49,9 %, Renault est le constructeur français qui a été le mois impacté par la crise en mai 2020. En guise de comparaison, Citroën et Peugeot ont enregistré une baisse respective de 54,7 % et de 56,3 %.


Chez les fabricants étrangers, certains ont fait preuve de résistance. En effet, leur repli a été moins élevé par rapport à la moyenne sur le marché. Tel est notamment le cas de Volvo qui a régressé de 27,7 % ou encore de Toyota dont la baisse s'est chiffrée à 31,5 %. De son côté, le groupe Volkswagen est parvenu à limiter les pertes pour ses différentes marques. Si la maison mère a reculé de 45,7 %, Audi et Skoda ont essuyé une décrue respective de 44,1 % et de 37,1 %.

En revanche, d'autres enseignes s'en sont moins bien sorties. Par exemple, pour Fiat, les livraisons se sont effondrées de 70,5 %, tandis qu'Opel a vu les siennes décroître de 61,9 %. Seule la marque automobile britannique Mini s'est démarquée par des résultats positifs en mai dernier. Elle a réussi à immatriculer 1 932 modèles, soit une augmentation de 9,8 %.

Le marché redémarre doucement

Le marché de la voiture neuve a totalisé 96 310 immatriculations en mai 2020. Un résultat mitigé qui s'explique notamment par le contexte général. En effet, malgré le déconfinement, les Français ne sont pas empressés dans les concessions. Ce chiffre a aussi été quelque peu impacté par le pont de l'Ascension.

Quoi qu'il en soit, l'activité redémarre progressivement. La reprise a notamment été rendue possible grâce à la livraison de nombreuses voitures n'ayant pas pu être envoyées à leurs propriétaires durant le confinement. Le 19 mai dernier, soit le second jour de la deuxième semaine qui a suivi la levée des restrictions de déplacement, le nombre de véhicules immatriculés a dépassé 7 000 unités. Il s'agit d'un niveau pratiquement égal à celui enregistré avant la pandémie de coronavirus.

Comment se déroulera la reprise en juin, sachant que des mesures ont été appliquées depuis le 1er du mois pour encourager l'acquisition d'une voiture ? Dans le détail, le bonus écologique a été augmenté tandis que la prime à la conversion a fait l'objet d'un assouplissement. Les remises spéciales accordées par les marques devraient aussi impacter les résultats du marché automobile pour juin 2020.