Un boom des ventes de voitures électriques a été observé entre 2020 et 2021. En effet, pour ces périodes, elles sont passées de 6,3 % du total des ventes à 7,9 %. L’AVERE (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique) a recensé plus de 16 500 nouveaux véhicules électriques en circulation sur les routes françaises juste pour le premier trimestre 2021.

Le top 5 des ventes en France

Les constructeurs continuent de diversifier leurs catalogues de voitures électriques alors que ces dernières s'adaptent de plus en plus aux besoins des automobilistes, comme pour le trajet domicile-travail. Tout cela profite au marché des véhicules à zéro émission qui connait un essor remarquable.

Par ailleurs, la pression écologiste a contribué à accélérer le développement de ce marché. En effet, les primes incitatives octroyées par l'État, l'extension des zones à faible émission dans diverses régions, et surtout la fin des ventes de véhicules thermiques prévue en 2035 sont autant de raisons qui poussent les particuliers à se tourner vers des modèles propres.


Les hybrides rechargeables, qui accaparent 9,1 % du marché, sont aussi très populaires avec sa petite batterie qui permet de rouler environ 50 kilomètres avant que le moteur à essence ne prenne le relai.

En France, la Tesla Model 3 trône en tête des ventes de véhicules électriques, suivi de la Peugeot e-208 (2e) et de la Renault Zoé (3e). La Renault Twingo et la Fiat 500e occupent respectivement les 4e et 5e places.

L'Etat et les constructeurs œuvrent de concert pour faciliter le passage vers le tout électrique. Des aides ont ainsi été mises en place pour les acheteurs qui cherchent à se procurer un véhicule propre.

Par exemple, sur un modèle haut de gamme, la prime à la conversion peut monter jusqu'à 5 000 euros (selon les revenus de l'acheteur). Le bonus écologique, qui est une autre aide disponible, s'élève à 2 000 euros. De leur côté, les constructeurs accordent des remises pouvant aller jusqu'à 3 000 euros. Une fois cumulées, toutes ces aides permettent d'économiser environ 10 000 euros.

Sans oublier que les véhicules propres sont également moins chers à l'usage. J.P., qui vient de se procurer une voiture électrique, explique par exemple que

Pour les mêmes itinéraires, avec mon ancienne voiture, je dépensais 150 euros d'essence. Or, avec l'électrique, je ne débourse que 20 euros d'électricité par mois au maximum, et mon assurance voiture est de 40 euros par mois.

Comme lui, de nombreux Français sont aujourd'hui convaincus par les modèles de voitures à zéro émission.


La fin des voitures thermiques programmée dans moins de quinze ans

La part des véhicules électriques dans les ventes totales est passée de 6,3 % en 2020 à 7,9 % en 2021. Ces derniers sont pour le moment surtout utilisés comme seconde voiture.

Lou Schmitt, responsable Aramisauto de Puiseaux-Pontoise (Hauts-de-Seine), rappelle en effet que

Les gens réservent leur voiture thermique pour les vacances et les longues routes, mais utilisent l'électrique pour les petits trajets domicile-travail, ou pour des déplacements à proximité de la maison.

Quoi qu'il en soit, les automobilistes européens n'auraient pas d'autres choix que de se tourner vers les modèles électriques étant donné que la Commission européenne interdit la vente de voitures thermiques à partir de 2035.