Le véhicule sera équipé de la fonction Drive Pilot pour laquelle Mercedes a obtenu une homologation en Europe. Dans le secteur, on parle également d’une autonomie de niveau 3. Le constructeur allemand sera celui qui l’introduira sur le marché européen. Ses modèles seront commercialisés uniquement dans les pays où cette technologie est autorisée.

Mercedes n'a donné aucune information concernant le prix pour l'heure. En revanche, la performance de la technologie, elle, est connue. La fonction Drive Pilot permet en effet au véhicule de rouler sans l'assistance du conducteur. L'utilisation de cette technologie est une première en Europe et le constructeur allemand agit en véritable précurseur. Il est d'ailleurs le seul à disposer de l'homologation à l'heure actuelle. La plupart des pays européens se sont toutefois préparés à accueillir cette innovation et ont adapté leur législation.

Cette fonctionnalité devrait encore évoluer et des performances plus développées sont prévues à l'avenir. Le niveau supérieur à 3 pourrait toutefois s'adresser uniquement aux utilisateurs professionnels.


Une technologie en phase de développement chez les constructeurs

L'échelle établie dans le secteur distingue cinq niveaux d'évolution pour les voitures autonomes. Le niveau 3 est encore récent. Mercedes est même le premier constructeur à commercialiser un modèle qui en est équipé en Europe. Il sera disponible sur sa Class S. Ses concurrents pourront néanmoins s'aligner sur l'avancée réalisée dans les prochaines années.

BMW prévoit déjà de doter sa Série 7 de la même fonctionnalité en 2022. Stellantis envisage une collaboration avec ce constructeur afin de disposer de cette fonction sur une partie de ses modèles. Audi, lui, a déjà franchi une étape en 2018 en l'introduisant sur son A8. Il a finalement décidé de ne pas l'activer faute d'avoir eu un cadre juridique approprié.

Les prochains véhicules particuliers pourraient ainsi disposer de cette technologie pour la plupart. Ce serait notamment le cas sur les modèles Premium. Le niveau 3 pourrait toutefois être la fonction la plus développée qu'ils possèderont. En effet, les niveaux 4 et 5 permettraient l'absence du conducteur du véhicule, bien que cela soit soumis à condition pour le premier. Ces technologies seraient ainsi destinées à un usage dans le cadre professionnel.

En Californie, aux Etats-Unis, les acteurs comme Cruise ou Waymo ont déjà obtenu l'homologation jusqu'au niveau 5.

La question se pose toutefois quant au succès que ces technologies auront auprès des consommateurs. Seront-ils prêts à payer le prix demandé ? Existerait-il aussi une assurance qui leur sera dédiée, au même titre que l'assurance jeune conducteur ?

La possibilité pour le conducteur de déléguer la conduite

La commercialisation de la Class S de Mercedes apportera des réponses à ces questions. Elle sera disponible en Allemagne dans un premier temps, où la législation autorise son utilisation dès janvier 2022 Le constructeur allemand vise ensuite la Chine et les États-Unis qui ont adopté des textes réglementaires équivalents. L'autorisation existe aujourd'hui dans une partie des États américains.

Cette technologie est admise en France à partir de septembre 2022. C'est ce qui est annoncé par les textes de l'ordonnance du 14 avril 2021 et du décret du 29 juin 2021 qui la complète. Inédite en Europe, elle a déjà été promue par Honda au Japon depuis mars 2021 avec le modèle Legend. Celui-ci a été commercialisé en série limitée avec 100 unités disponibles.

Cette fonction dite de niveau 3 permet une délégation de conduite contrairement au niveau précédent. Elle laisse ainsi au conducteur la liberté de faire autre chose. Les autorités allemandes qui ont homologué la Class S la prescrivent uniquement sur autoroute avec une vitesse inférieure à 60 km/h. La fonctionnalité permet au véhicule de changer de file

seule et d' avertir le conducteur en cas de problème. Il disposera d'un délai de 10 secondes pour réagir. En l'absence d'une réponse de sa part, le véhicule se met automatiquement en position de sécurité.