Ils apparaissaient comme le compromis idéal pour les automobilistes moins enclins à abandonner définitivement la motorisation thermique, mais qui souhaitaient malgré tout avoir un premier aperçu de la conduite en électrique. Sauf que, en dépit d’une prime à l’achat plutôt avantageuse, les modèles hybrides rechargeables semblent décevoir leurs propriétaires, notamment à cause de leur forte consommation en carburant.

Des véhicules achetés aussitôt revendus

Les voitures hybrides rechargeables n'ont donc pas pu justifier, du moins pour le moment, les attentes placées en elles. C'est ce qui ressort d'une enquête récente concernant le degré de satisfaction des automobilistes ayant sauté le pas.

Comparé à un modèle roulant à l'énergie d'origine fossile ou à un 100 % électrique, le modèle hybride se révèle plus gourmand en carburant.

Les automobilistes se sont bien donné par exemple la peine de recourir à un comparatif assurance auto pour réduire le budget alloué à la mobilité. Ils n'ont malheureusement pas anticipé une augmentation de la facture « carburant ».


Alors, pourquoi un hybride rechargeable consomme-t-il plus qu'un modèle à motorisation essence ou diesel ? D'après les experts, le propriétaire d'un modèle hybride dépense beaucoup plus en carburant parce qu'il ne tire pas assez profit du moteur électrique.

Comparé aux contraintes habituelles auxquelles est exposé un moteur « essence » conventionnel, celui installé sur un modèle hybride est soumis à une charge pondérale plus importante, du fait de la présence des batteries. Résultat : la consommation du moteur thermique augmente inexorablement.

D'après ladite étude, en moyenne, le conducteur effectue 37 % seulement de ses trajets en mode « électrique ». Pour les conducteurs en Chine, le pourcentage de trajet parcouru en énergie propre tombe même à 26 %.

L'enquête note aussi une différence d'usage entre les voitures de particuliers et celles des sociétés. Pour ces dernières, le moteur électrique n'est sollicité que pour 20 % des trajets.

Si bon nombre d'automobilistes se sont laissé séduire par la prime à la conversion, beaucoup ont également remis aussitôt en vente leur modèle hybride, à cause de cette forte consommation en carburant.

Un impact environnemental moindre

En plus de relancer le marché automobile, le gouvernement a mis en place les primes à la conversion sur les hybrides rechargeables pour accélérer la transition énergétique.

Mais comme elles sont mal utilisées par leurs propriétaires, les voitures hybrides n'auraient que peu, voire pas du tout, d'impact positif sur l'environnement.