Le bioéthanol offre une alternative face à l’augmentation du prix du carburant classique. À Dijon, le nombre d’automobilistes qui s’en servent se serait ainsi multiplié. De plus, à son coût réduit s’ajoute son intérêt écologique. La modification du véhicule est toutefois nécessaire pour pouvoir en profiter. Le conducteur doit payer jusqu’à 1 000 euros pour cette opération.

Le super éthanol est encore très peu utilisé en France. Il commence toutefois à séduire les automobilistes avec la hausse du prix du gasoil et de l'essence. Dijon est l'une des régions où il tend à avoir du succès.

Le bioéthanol présente en effet deux avantages. D'abord, il s'agit d'un carburant écologique qui permet de réduire les émissions polluantes générées par le transport. Il s'avère qu'il coûte également moins cher que le carburant classique. Deux arguments qui semblent suffisants pour convaincre les conducteurs dijonnais. L'adaptation du véhicule est cependant nécessaire pour rouler à l'éthanol. Il faut aussi observer les cadres légaux régissant ces modifications.


Trente automobilistes se convertissent vers l'éthanol chaque mois

La différence au niveau du prix est de taille. Le litre du gasoil coûterait 1,60 euros actuellement en Côte-d'Or et 1,70 euros pour le SP95. Le super éthanol, lui, serait à 70 centimes en moyenne le litre. Associé à une assurance auto pas chère, il est clair qu'il permet au conducteur de faire de réelles économies. Du point de vue écologique, l'éthanol permettrait de diviser par deux le taux de CO2 émis.

Face à l'attrait grandissant pour ce carburant, de plus en plus de stations-services l'auraient adopté en France. Leur nombre serait passé de 1 400 en 2019 à 2 500 actuellement. Les professionnels de la réparation automobile confirment ce déploiement progressif du bioéthanol dans la région dijonnaise. Un garage installé dans la commune recevrait 30 automobilistes par mois aujourd'hui pour une modification de leur véhicule. Il n'aurait eu qu'une dizaine de clients par mois à ses débuts.

La configuration du véhicule est un passage obligé pour pouvoir utiliser ce carburant écologique. Les automobilistes ont deux options :

  •  Reprogrammer la carte moteur ;
  •  Equiper la voiture d'un boîtier.

La première solution coûterait 590 euros. Le boîtier quant à lui est proposé à 1 100 euros en moyenne.


Uniquement pour les moteurs à essence

Pour l'heure, ces modifications sont possibles uniquement sur un véhicule à essence. Les professionnels indiquent qu'elles ne présentent aucun danger pour le moteur. Le paramétrage serait de nature électronique, portant sur une quarantaine de facteurs. L'opération permettrait au véhicule de gérer l'utilisation du carburant de façon autonome.

Cela dit, la reconfiguration de la carte moteur n'est régie par aucun cadre réglementaire en France. Les autorités peuvent ainsi prendre la décision de suspendre le certificat d'immatriculation du conducteur. Tout comme il peut être confronté à une annulation de son contrat d'assurance et un refus d'indemnisation en cas d'accident. Une telle configuration change en effet la puissance du véhicule.

Les professionnels indiquent en outre une hausse de la consommation de carburant avec le bioéthanol. Elle augmenterait de 15 à 20 %. Ils soutiennent ainsi qu'il faut utiliser la voiture pour environ 10 000 kilomètres pour que l'utilisation soit rentable.

Seulement 1 % des véhicules recensés en France rouleraient à l'éthanol aujourd'hui. L'utilisation de ce carburant écologique devrait cependant augmenter de 20 % cette année. Pour rappel, il est issu de la fermentation de l'amidon et de sucres. Le premier peut provenir des céréales ou des betteraves.