Aux yeux des assureurs, le moment est venu pour la vignette verte d’assurance de tirer sa révérence. D’ailleurs, l’organisme regroupant ces opérateurs a déjà enclenché les rouages qui devraient conduire à cet aboutissement. De nombreux points positifs peuvent expliquer cette décision selon ces professionnels mettant en avant les indicateurs pointant dans ce sens.

Depuis 40 ans, la présentation de la vignette verte d'assurance auto et deux-roues est obligatoire pour les usagers de la route qui se doivent de la coller sur le côté droit de leur pare-brise. D'ailleurs, il faut préciser que ce bout de papier censé prouver que le véhicule est assuré existe depuis 35 ans auparavant pour ainsi dire qu'il fait intégralement partie du quotidien des Français.

Mais peut-être plus pour longtemps puisque la fédération des assureurs estime que ce mécanisme a fait son temps et devrait céder sa place à un système plus efficace en matière de lutte contre la fraude ou le réchauffement climatique sans parler des avantages qui joueront en faveur des assurés.


Des avantages pour les assurés

D'après la fédération des compagnies d'assurance, des discussions avec le pouvoir public ont été entamées pour la future suppression de la vignette verte. Et si l'organisme arrive à ses fins, les assurés auront jusqu'en 2023 ou en 2024 pour s'y préparer et se dire qu'ils pourraient en tirer des avantages qui ne manqueront pas de se faire remarquer.

À commencer par les cotisations qui pourraient s'alléger, alors que la tendance est déjà à la baisse cette année après quatre ans de croissance. Une économie de quelques euros est donc envisageable selon les analystes rappelant également qu'avec cette éventuelle disparition, l'amende de 35 euros fera également partie de l'histoire. Ce, en faisant allusion à celle liée à l'oubli de changer la vignette.

Ainsi, des avantages financiers se profilent d'autant qu'en parallèle, les conducteurs auront moins de documents à présenter lors des contrôles routiers.

D'une pierre, deux coups

Pour les assureurs, le choix de supprimer la vignette verte d'assurance s'explique essentiellement travers deux raisons principales :

  • La lutte contre la fraude ;
  • L'écologie.

Concernant le premier point, ils ont en effet tenu à faire savoir que ce certificat est facilement falsifiable et peut encourager certains conducteurs à rouler sans assurance auto valide, alors qu'ils s'exposent à de terribles conséquences en cas d'accidents comme ils le rappellent en indiquant que :

Conduire sans assurance auto constitue un délit. C'est une infraction jugée par le tribunal correctionnel et punie principalement d'une amende et/ou d'une peine d'emprisonnement inférieure à 10 ans.

Et la liste des sanctions est longue :

  • Une amende de 3 750 euros ;
  • La suspension du permis de conduire ;
  • L'annulation du permis de conduire ;
  • La confiscation du véhicule ;
  • L'obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

À ces professionnels d'ajouter :

En cas d'accident causé à un tiers ou à vous-même, vous n'aurez aucun recours. Les victimes des agissements de ceux qui conduisent sans assurance rencontreront des difficultés énormes pour être indemnisées. Et en cas d'accident mortel, le non-assuré paiera toute sa vie son inconscience.

En supprimant la vignette, la Fédération laissera la place au fichier FVA déjà en vigueur depuis 2016 et qui récence l'ensemble des véhicules assurés. Ce qui devrait faciliter le contrôle puisqu'il pourrait se faire automatiquement à travers la plaque d'immatriculation, grâce à un radar.

Concernant la deuxième ligne. Il faut rappeler que cette certification est en papier et que depuis son existence, les Français n'en gardent que le plus utile, la vignette qui ne représente que le deux tiers d'une feuille A4. Tout cela pour en venir au fait que cette suppression renforcera l'empreinte écologique du secteur qui réduira également les impacts financiers et environnementaux liés à l'impression.