Dans l’Empire du Milieu, l’intérêt pour les voitures individuelles a quasiment doublé depuis que le Covid-19 a bouleversé le quotidien des populations. Ces dernières préfèrent éviter, dans la mesure du possible, d’emprunter les transports collectifs. Dans le même ordre d’idées, l’attrait pour les solutions d’autopartage diminue. C’est ce que révèle l’Ipsos dans une récente étude.

Désormais, la promiscuité est perçue comme un facteur de transmission du coronavirus. Les Français privilégieront-ils l'usage de la voiture personnelle après le confinement ? Il s'agit en tout cas de l'une des conséquences de la pandémie chez les Chinois.

C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par l'institut Ipsos auprès de 1 620 habitants. Cette tendance s'opère au détriment des moyens de transport qui impliquent de côtoyer d'autres personnes.

Il reste à savoir si ce nouveau rapport à la voiture (aussi bien dans le cadre professionnel que pour l'usage personnel) perdurera. Dans ce cas, les compagnies d'assurance auto auront l'occasion de conquérir de nouveaux clients.

Les autres moyens de transport sont délaissés au profit de la voiture individuelle

66 % des Chinois questionnés dans le cadre du sondage Ipsos prévoient d'acheter une voiture dans les six mois à venir. Avant la crise du coronavirus, cette proportion ne s'élevait qu'à 34 %. Ce choix s'explique par le souhait d'éviter d'être contaminé. 77 % des répondants voient en la voiture individuelle un moyen de limiter les risques.


Par ailleurs, 50 % des personnes interrogées estiment qu'un environnement partagé favorise la propagation de la maladie virale. Selon elles, cette situation ne garantit pas le respect des règles de sécurité. De plus, il n'est pas possible de s'assurer que les transports publics et les voitures de transport avec chauffeur (VTC) sont régulièrement désinfectés.

Selon les résultats de l'enquête, le pourcentage de Chinois habitués aux métros et aux bus devrait passer à 24 %, contre 56 % avant le confinement. De son côté, le taux d'usage des VTC est susceptible de descendre à 12 %, contre 21 % auparavant. Il en va de même pour l'utilisation des taxis qui risque de plonger à 15 %.

Quel type de véhicule pourrait se démocratiser sur les routes chinoises ?

La circulation se densifie sur les routes chinoises depuis quelques semaines, et ce, plus intensément qu'en 2019, en se basant sur la même période. Certains ménages ont-ils décidé de sortir leur véhicule du garage ? Un expert qui travaille dans le domaine des transports, Gilles Savary, affirme que l'heure est désormais à l'autosolisme.

L'engouement pour la voiture personnelle se traduit naturellement par la croissance des ventes enregistrées par les concessionnaires. Actuellement, les consommateurs recherchent notamment des automobiles dont les sièges sont recouverts par du textile antibactérien. Ils privilégient également les modèles dont la climatisation dispose d'un filtre à particules.

Les SUV sont particulièrement plébiscités sachant qu'ils inspirent un sentiment de sécurité aux usagers. C'est l'occasion pour les constructeurs qui proposent ce type de modèle de faire de nouveau du chiffre d'affaires. Renault, par exemple, commercialise déjà en Chine son SUV électrique low cost baptisé City Z-KE.