Dans la capitale française, quasiment toutes les rues sont désormais limitées à 30 km/h depuis le 30 août 2021. Selon la municipalité, cet agencement apportera plus de calme dans les endroits autour des axes de circulation. Dans cette optique de réduire le trafic, Paris souhaite restreindre l’accès à certaines aires urbaines. Pour cela, une zone spécifique sera établie d’ici 2022.

À Paris, presque toutes les rues ont été intégrées dans une zone 30 depuis le 30 août dernier. Ainsi, les automobilistes sont tenus de décélérer dans certains secteurs. Dans d'autres, une interdiction de rouler devrait s'appliquer à partir de 2022. En effet, la mairie projette d'instaurer un périmètre à trafic restreint dans le nord des 7e, 6e, et 5e arrondissements. Il en est de même dans les 4e, 3e, 2e et 1er arrondissements. L'accès sera réservé aux artisans locaux ainsi qu'aux riverains. Quant aux particuliers de simple passage, le droit de circulation leur sera enlevé.

Face à cette mesure, les différents dirigeants communaux expriment des avis partagés.


Crainte d'une menace pour l'économie locale

Selon David Belliard, la piétonnisation influe plutôt positivement sur la consommation. L'adjoint EELV chargé des mobilités à la municipalité explique :

[…] Paris a une économie servicielle, fondée notamment sur le tourisme, les commerces, l'artisanat, et tous ces gens pourront continuer à travailler.

Pour leur part, une fraction de l'opposition, dont Aurélien Véron exprime leur hostilité envers ce dispositif. Selon le Conseiller de Paris, ce dernier a pour but de dissuader l'utilisation de l'automobile. Une politique qui pourrait à terme impacter sur les devis assurance voiture réalisés dans la capitale. L'élu de droite souligne par ailleurs que la mairie recourt à tous les moyens pour parvenir à ses fins. L'administration va jusqu'à provoquer des bouchons dans les circulations, s'exclame-t-il :

Je comprends que l'on préserve certaines petites rues, mais pourquoi vouloir interdire de grands axes dont la vocation est justement de désaturer le trafic ?

Contrairement à David Belliard, Aurélien Véron craint que par cette décision certains quartiers changent de physionomie. Ce qui retombera négativement sur l'économie parisienne en général, prévient-il.

Une décision irréfléchie

Dans les 7e et 6e arrondissements, les maires ont, eux, adressé une lettre à la maire socialiste Anne Hidalgo. De son côté, l'édile LR du 17e arrondissement s'écrie :

La politique antivoiture est appliquée sans discernement. […].

Geoffroy Boulard critique qu'elle ne tienne nullement compte des paramètres liés :

  • Au stationnement ;
  • Au trafic ;
  • À la vitesse.

En attendant l'installation du périmètre à trafic limitée, la mairie de Paris démontre l'avantage de la zone 30. Un dispositif qui était déjà appliqué dans 60 % de la collectivité jusqu'ici. Cette limitation diminuera de moitié le bruit aux alentours des voies de circulation, soutient-elle. La commune espère également que celui-ci réduira les risques d'accident dans la Ville Lumière.

Autre mesure en cours de préparation : l'instauration de « slow zones ». Dans ces aires, les utilisateurs de trottinettes électriques seront appelés à ralentir, explique David Belliard. Pour ce faire, les dirigeants parisiens se serviront du mécanisme de puces de ces engins, détaille-t-il.