En France et un peu partout en Europe, la tendance est à la baisse en ce qui concerne les ventes sur le marché automobile depuis janvier 2022. Toutefois, force est de constater que cette situation ne concerne en aucun cas les véhicules à motorisation alternative qui ont vu leur part prendre leur envol.

Dans l'Hexagone, les analystes s'accordent à dire que depuis début 2022, les souscriptions à une couverture assurantielle liée aux véhicules à motorisation alternative gagnent du terrain que ce soit du côté de l'assurance jeune conducteur ou de celui des contrats dédiés aux plus expérimentés.

En y regardant de près, ces observateurs ont découvert que ce phénomène s'explique à travers la croissance des ventes constatée sur la période de janvier à mai dernier en ce qui concerne les modèles hybrides et électriques. Et pas seulement puisque des catégories de l'essence sont aussi de la partie en faisant allusion à la bicarburation GPL et aux voitures compatibles avec l'E85.


Un bond en avant sur le marché du neuf et de l'occasion

Comme susmentionnées, les ventes sont à la baisse sur le marché de l'automobile français depuis début 2022. D'ailleurs, des données récentes ont démontré qu'en mai dernier, les voitures neuves ont encore accusé une chute de 10% en notant que les véhicules d'occasion ont aussi emprunté la même voie.

Du moins, dans l'ensemble puisque certains modèles ont fait figure d'exceptions. Ceux qui ont la motorisation alternative sous le capot et qui ont vu leur part de marché progresser comme ce fut le cas sur le marché du neuf où :

  • Les hybrides sont passés de 23,6% en 2021 à 28,6% ;
  • Les 100% électriques passant de 7,1% à 11,9%.

Tendance similaire du côté des achats de seconde main où la part des :

  • Hybrides est passée de 3,25% en 2021 à 4,6% ;
  • Électriques qui s'est élevée à 1,4% après un accroissement de 67%.

Ainsi, les modèles les plus écologiques ont le vent en poupe notamment, grâce à des leviers majeurs comme la montée en force des ZFE, les prix excessivement élevés des carburants ou encore les normes antipollution plus sévères au niveau européen.

N'empêche que pour l'heure, le diesel continue de dominer le système notamment sur le marché de l'occasion où sa part des ventes est élevée à 52%, malgré une baisse de 7,8% par rapport en 2021.

Le GPL et l'E85 sont aussi de la partie

En évoluant à contre-courant, les véhicules à motorisation alternative ont certes gagné encore plus du terrain sur le marché automobile tricolore. Et ils ne sont pas les seuls puisque l'essence aussi est de la partie.

Du moins, en ce qui concerne les modèles à bicarburation essence et GPL qui ont vu leur part s'élever à 4% après les 2,3% enregistrés en 2021.

Les voitures compatibles avec le superéthanol E85 ont également emprunté le même chemin selon un spécialiste des kits bioéthanol illustrant la situation comme suit :

Chez AramisAuto, une Peugeot 208 avec le moteur essence 1,2 litre part quatre fois plus vite actuellement si elle est déjà équipée d'un boitier de conversion à l'E85.

Ce qui explique en outre la part de marché de l'essence qui s'est élevée à 41,16% pour lui permettre de se dresser sur la deuxième marche des classements pour permettre au directeur général d'AutoScout24 France de dire que :

La flambée des prix des carburants traditionnels accélère le rééquilibrage diesel-essence et booste les motorisations électriques, hybrides et GPL malgré une maigre offre.