Le gouvernement chinois redoute un usage des caméras installées sur ces véhicules à des fins d’espionnage. Il estime qu’elles pourraient envoyer des images aux autorités américaines. Il a ainsi décidé de les interdire dans les zones jugées sensibles. Elon Musk assure que ses modèles ne sont aucunement exploités dans ce cadre. D’ailleurs, il garantit la confidentialité des données récoltées.

La Chine fait partie des pays où les véhicules électriques Tesla sont commercialisés. Elle figure même parmi les plus importants marchés de l'entreprise californienne. Bien évidemment, ils y bénéficient d'une assurance automobile comme dans les autres pays.

Ce n'est cependant pas le sujet de la préoccupation actuelle dans l'Empire du Milieu. Les autorités se sont penchées sur le cas des caméras dont disposent ces modèles et des données qu'elles renferment. D'après elles, les Américains pourraient s'en servir pour accéder à des informations sensibles. Une note publiée récemment interdit ainsi leur circulation dans certaines zones. Le dirigeant de l'entreprise californienne n'a pas manqué de réagir.


Une interdiction qui s'applique dans les bases militaires

Pour certains observateurs, cette mesure n'est rien de plus qu'une réponse aux initiatives amorcées récemment par Washington. En effet, les autorités américaines se méfient des drones fabriqués par l'entreprise chinoise DJI. Depuis peu, cette dernière est donc passée dans la catégorie des marques sensibles.

En contrepartie, Pékin aurait donc décidé de restreindre la circulation des véhicules Tesla sur le territoire national. Ils sont désormais interdits à l'intérieur de plusieurs bases militaires. Une décision qui a été prise par l'armée chinoise.

Le gouvernement a également limité leur accès à d'autres endroits stratégiques, comme les entreprises d'État. Les propriétaires sont dans ce cas contraints de trouver un endroit pour le stationnement en dehors des zones concernées.

La menace proviendrait des caméras sur ces voitures, utilisées pour perfectionner la conduite semi-autonome. Pékin craint qu'elles transmettent des images qui pourront servir aux Américains. Elon Musk soutient que les données servent à améliorer la technologie Full-Self-Driving.

Les données au centre de tous les débats

D'ailleurs, il tient à rassurer, sachant que l'Empire du Milieu représente un marché de taille pour Tesla. Le constructeur californien y a vendu un tiers des véhicules qu'il a produits en 2020. Son patron indique ainsi que le coût d'un espionnage serait lourd pour une entreprise, quelle qu'elle soit, chinoise ou américaine. Une raison suffisante pour le dissuader de se lancer dans cette activité. De plus, l'entreprise garantit que les données sont gardées pour une utilisation privée.


Reste à savoir si ses propos seront pris en compte par les autorités chinoises. Cela dit, la méfiance vient des deux côtés. En 2020, Washington a dénoncé l'usage de l'application TikTok par Pékin pour accéder à des informations personnelles. Celle-ci étant la propriété d'un groupe chinois.

Il faut en même temps admettre que la confidentialité des données est devenue une source de préoccupation majeure. En dehors des véhicules, l'usage des smartphones fait naitre des doutes. Ces appareils, devenus indispensables au quotidien, stockent un lot d'informations sur leurs propriétaires.