Le monde entier est concerné par le changement climatique. Désignées comme un des principaux facteurs de ce phénomène, les voitures à motorisation thermique sont appelées à quitter progressivement le trafic routier. Toutefois, un problème se pose : le véhicule électrique peine à s’imposer. Pis, le marché mondial a enregistré un recul au troisième trimestre 2019.

Le Vieux Continent fait figure de bon élève

Au troisième trimestre 2019, les ventes de voitures électriques dans le monde ont dégringolé de -10 % par rapport à la même période de l'année précédente.

Selon les professionnels du secteur,

« Depuis que la voiture électrique a commencé à être popularisée, c'est la première fois que le marché subit pareil contrecoup ».

En début d'année, l'objectif fixé était d'atteindre les 3 millions de voitures vendues, mais il sera difficile de dépasser les 2 millions d'unités.

Pourtant, au vu des chiffres réalisés, le marché européen semble afficher un réel dynamisme. Sur la période analysée, les ventes de véhicules électriques ont bondi de +27 % en Europe. Mieux encore, par rapport à l'ensemble de l'année 2018, elles ont littéralement explosé (en hausse de +97 %).


Les marchés chinois et américains plombés par un changement de politique

Les ménages américains et chinois ont eu la mauvaise surprise de voir les aides gouvernementales portant sur l'acquisition de voitures électriques se réduire drastiquement.

Le marché en a été fortement impacté. Et lorsque deux géants comme les États-Unis et la Chine sont en récession, les répercussions sur l'économie mondiale sont notables.

Au pays de l'Oncle Sam, Tesla, l'un des leaders mondiaux de la voiture électrique, a accusé une baisse de -37 % de ses ventes.

Selon les professionnels du secteur,

« La crise du marché automobile est généralisée et ne se limite pas seulement à l'électrique ».

Il ne s'agit donc pas de perte de popularité pour la voiture électrique, mais d'un mal beaucoup plus profond.

Force est aussi de constater qu'en plus des primes d'assurance auto plus chères pour les modèles électriques, leur prix constitue un autre frein rédhibitoire pour les futurs acheteurs. Sans les aides financières accordées par l'État, les ménages sont moins motivés à se tourner vers ce genre de véhicules.