Lourdement impacté par l’épidémie de covid-19 et les restrictions de voyages adoptées pour freiner la propagation de la maladie, le loueur de voitures français Europcar fait aujourd’hui face à de graves difficultés financières. En pleine tourmente, l’entreprise cherche désespérément une bouée de sauvetage. Selon une source proche du dossier citée par Bloomberg, Volkswagen aurait formulé une offre de reprise pour racheter des parts d’Europcar, mais celui-ci aurait rejeté la proposition sous prétexte qu’elle était trop faible.

Une offre de 2,2 milliards d'euros

Dans un communiqué publié le 23 juin dernier, le loueur a annoncé avoir rejeté

Une manifestation d'intérêt portant sur le capital du groupe.

L'agence de presse Bloomberg a révélé qu'il s'agissait précisément d'une proposition de reprise transmise par un groupe d'investisseurs mené par Volkswagen. Une information qui a été confirmée auprès de l'AFP par une source proche du dossier.

L'offre du constructeur allemand valorisait l'entreprise à 2,2 milliards d'euros, soit 0,44 euro par action, un prix qui ne reflète pas la pleine valeur et le potentiel de création de valeur du groupe, a tenu à souligner le conseil d'administration d'Europcar contrôlé par les fonds anglo-saxons.


L'entreprise de location de voitures a toutefois précisé qu'elle restait ouverte à toute nouvelle proposition de la part de VW.

De son côté,

Volkswagen ne souhaite faire aucun commentaire sur les informations concernant son offre sur Europcar, a rappelé son porte-parole.

À noter : vous venez de faire l'acquisition d'une voiture et prévoyez de l'assurer prochainement ? Comparer une assurance voiture avec les nombreuses offres disponibles sur le marché vous permettra d'économiser des centaines d'euros par an, et en même temps de bénéficier des garanties et des options adaptées à vos besoins.

Un éventuel retour dans le domaine de la mobilité

En 2005, Volkswagen jugeait encore ce type d'opération comme non rentable. Aujourd'hui, elle envisagerait donc de revenir dans le domaine de la mobilité alors que les constructeurs émettent des doutes sur le futur des achats d'automobiles.

Renault, Toyota et Stellantis ont par exemple précipité le lancement de leurs offres de voitures par abonnement ou la location en libre-service dans les grandes villes.

En chute libre depuis des années, dont une baisse historique enregistrée en 2020, l'action d'Europcar Mobility Group a grimpé de +9,47 %, soit 0,43 euro, le 23 juin suite à cette annonce.