Depuis que l’année a commencé, les autorités du Nord-Pas-de-Calais enregistrent une augmentation du nombre de vols de véhicules sans aucune effraction. La technique des malfaiteurs, qui consiste à pirater le système électronique, est de plus en plus populaire. En l’espace de seulement deux mois, une soixantaine de réclamations ont été enregistrées.

En seulement deux semaines, un enregistrement issu d'une vidéo de surveillance aux alentours de Douai a été vu pas moins de 10 000 fois sur YouTube. Les images montrent trois individus en train de voler une voiture en recourant au mousejacking. Pour ne laisser aucun dommage sur le véhicule en question et ouvrir aisément la portière, ils se sont servis d'un boîtier électronique. L'opération n'a pas abouti en raison du déclenchement inopiné du klaxon.

D'après la police locale, une soixantaine d'habitants du Nord-Pas-de-Calais en ont déjà été victimes depuis janvier dernier. Il reste à savoir si une assurance auto couvrant le vol a été préalablement souscrite par ces propriétaires.

Un retour en arrière face au développement du piratage électronique ?

Quinze individus ont été interpellés en juin 2019 à Lille pour avoir été soupçonnés de nombreux vols de voitures (environ 65). Le réseau formé par ces spécialistes du piratage électronique a été démantelé, ce qui n'empêche pas pour autant d'autres escrocs de se mettre à l'œuvre.


Isabelle Lequesne, exerçant dans un garage à Lille, recommande de revenir aux pratiques traditionnelles, face au développement de ce mode opératoire :

On conseille à nos clients de revenir à l'ancienne avec une canne de sécurité, ça évite de pouvoir déplacer la voiture.

De plus, tous les professionnels ne sont pas forcément informés de l'ampleur du phénomène. Une des victimes, repérée à Haubourdin, a entendu de son garagiste que le système de sa voiture était sécurisé et qu'un piratage aurait été difficile à réaliser.

Quel est le type de voiture ciblé ?

Les vols de voitures perpétrés dans le Nord-Pas-de-Calais ces derniers temps ont surtout porté sur des Renault Megane et des Citroën DS 7. Les malfaiteurs ont aussi ciblé des Peugeot, notamment les modèles 5008 et 3008.

Avant de passer à l'acte, les voleurs notent le numéro de série inscrit sur le pare-brise de la voiture. Ensuite, ils se procurent la clé correspondante avec l'appui de quelques complices. Une fois qu'ils réussissent à ouvrir la voiture, ils piratent l'ordinateur de bord grâce à un logiciel dédié à cet effet. C'est ainsi qu'ils parviennent à démarrer le véhicule et à s'échapper avec ce dernier en ne laissant aucun bris de glace.

Les conducteurs de camions devraient aussi s'en inquiéter, car les malfaiteurs s'en prennent aux poids lourds depuis maintenant quelques semaines.