La règle pour les routes départementales a changé en 2018. De 90 km/h, les autorités ont décidé de limiter la vitesse autorisée à 80 km/h. Beaucoup semblent cependant avoir regretté cette mutation, au point où ils décident de revenir sur l’ancienne réglementation. C’est près de la moitié des départements français qui ont opté pour ce retour en arrière.

Le nombre de départements qui choisissent de faire marche arrière ne cesse d'augmenter en France. Ils prennent ainsi la décision d'abandonner la règle du 80 km/h autorisée pour repasser à 90 km/h. L'orientation prise sème le doute quant à l'efficacité du règlement en vigueur. Néanmoins, la proportion des départementales concernées par ces changements reste limitée. De plus, ils touchent rarement les agglomérations urbaines. Le passage d'une voie à une autre peut toutefois entraîner des difficultés pour les conducteurs qui doivent s'adapter à des mesures différentes. La décision de revenir vers 90 km/h ne fait d'ailleurs pas l'unanimité, notamment auprès des associations des victimes de la route.


Une réglementation différente selon le département

Le choix réalisé par certains départements est également difficilement accepté par les écologistes. Il convient de rappeler que la décision leur appartient entièrement ainsi qu'aux associations sus-mentionnées. Autrement dit, ils sont libres de choisir entre une vitesse limitée à 80 ou 90 km/h.

Cette indépendance n'est pas sans conséquence, et génère en particulier des difficultés chez les automobilistes. Ils doivent rester attentifs pour adapter leur vitesse suivant les routes parcourues. Cette vigilance est d'autant plus nécessaire sachant que la règle peut être différente sur les voies d'un même réseau.

La souscription d'une assurance est toujours conseillée pour bénéficier d'une prise en charge en cas d'accident.

Il faut veiller à ce que le contrat réponde aux besoins du conducteur. Les assureurs proposent par exemple une assurance jeune conducteur à ceux dont le permis de conduire est récent.

Un changement opéré essentiellement en zones rurales

En tout, 45 départements ont adopté la règle du 90 km/h au 1er août 2022. Cela représente près de la moitié des subdivisions départementales de l'Hexagone. 9 autres circonscriptions prévoient de le faire et y réfléchissent actuellement. Certaines d'entre elles ont déjà fait part de leur choix qui se traduit par un retour vers l'ancienne réglementation. C'est par exemple le cas de l'Ardèche où le changement doit s'opérer dès le 1er septembre 2022 .

Néanmoins, les zones concernées représentent une proportion réduite en tenant compte de l'ensemble des voies départementales françaises. Au total, cette mesure touche 33 000 km sur les 400 000 km de routes départementales construites en France. Il s'agit pour la plupart de routes qui traversent une zone rurale . Pour rappel, la limitation de 80 km/h a fait son entrée le 1er juillet 2018.