Un accident survenu à Pontoise a conduit à la mobilisation des forces de l’ordre pour mettre fin aux rodéos urbains. Les autorités toulousaines se montrent particulièrement vigilantes sachant que la commune abrite l’une des routes souvent empruntées pour ces pratiques. Des dispositifs de surveillance ont ainsi été déployés afin de freiner les auteurs.

Cela fait quelques jours que les forces de l'ordre multiplient les contrôles sur les routes toulousaines. Cette mobilisation fait suite à un accident qui a eu lieu à Pontoise impliquant le conducteur d'un scooter. Les policiers visent tout particulièrement les personnes qui s'adonnent aux rodéos urbains à l'origine de ce drame. L'objectif étant de mettre fin à ces pratiques devenues courantes pendant la période estivale. Pour ce faire, la police a augmenté le nombre d'opérations dédiées à ces courses sauvages à Toulouse. Des dispositifs de surveillance ont aussi été mis en place pour venir en aide aux équipes sur le terrain.


Une surveillance à distance et sur terrain

Pour le directeur départemental de la Sécurité publique en Haute-Garonne, l'objectif est d'éradiquer complètement ces pratiques dangereuses. Et ce, bien que certains conducteurs bénéficient d'une couverture avec une assurance jeune conducteur par exemple. Il ne souhaite donc pas se limiter à des sanctions telles que les contraventions. Le dirigeant soutient qu'elles ne dissuadent pas les auteurs de reprendre les routes.

En termes de moyens humains et matériels, il indique avoir le nécessaire. Il compte notamment sur les solutions de vidéosurveillance qui serviront à identifier les auteurs et les infractions commises. Une équipe composée de 1 600 policiers sera mobilisée en parallèle. Certains seront chargés de mener la surveillance sur terrain.

La baisse d'activités qui a lieu au mois d'août permettrait de concentrer une partie de l'équipe sur les opérations anti-rodéos. Ceci ne fait aucune entrave à la gestion des autres dossiers, rassure le directeur de la Sécurité publique de Haute-Garonne. De tels moyens n'ont jamais été déployés auparavant pour ce type d'infractions. La méthode est quasi identique à celle utilisée pour la lutte contre les trafics de stupéfiants. Le chef des policiers espère ainsi obtenir des résultats satisfaisants.

10 000 contrôles attendus pour le mois d'août

Des difficultés demeurent néanmoins bien que les moyens ne posent aucun problème pour les autorités. Elles concernent la reconnaissance des infractions du point de vue juridique. Donner un caractère juridique aux runs urbains et rodéos est difficile selon le directeur de la Sécurité publique de Haute-Garonne. Résultat, le nombre de poursuites pour ces pratiques reste réduit.

À Toulouse par exemple, sur 18 opérations réalisées, seulement 6 infractions concernent des rodéos. D'autres délits et infractions sont en général commis et ouvrent aux forces de l'ordre la possibilité de sanctionner les auteurs. Sur cette dizaine d'opérations, 534 véhicules ont été soumis à un contrôle. 27 ont été confisqués après l'inspection. 26 individus ont été arrêtés pour diverses raisons dont des vols de moto ou une conduite en état d'ivresse.

La police toulousaine a toutefois augmenté à cinq par jour les opérations réalisées pour ces courses urbaines dangereuses. Et ce, depuis le 8 août 2022. Elle était à deux opérations par semaine auparavant. Cette mobilisation est une réponse à l'appel lancé par le ministre de l'Intérieur après l'accident de Pontoise. Deux enfants âgés de 7 et 11 ans en étaient victimes, renversés par un scooter pratiquant un rodéo urbain. Ils ont subi des blessures graves. Le ministre de l'Intérieur demande la réalisation de 10 000 contrôles sur l'ensemble du territoire pour le mois d'août.