À travers un crash-test, le TCS (Touring Club Suisse) a récemment démontré l’importance de la posture du conducteur et des passagers pour leur sécurité. Des positions trop décontractées ont en effet tendance à affecter les performances des airbags et des ceintures. Les risques varient en fonction de la manière dont une personne s’installe sur le siège.

Les assureurs tiennent compte d'une myriade d'informations pour évaluer les risques liés à l'automobiliste et au véhicule. Les facteurs considérés incluent notamment l'historique du conducteur, les performances du modèle, les résultats de crash-test, etc. Ces données sont également des variables déterminantes sur un comparateur assurance auto.

Parmi ces différents critères, le crash-test mérite une mention spéciale. Cette méthode permet de démontrer les failles de sécurité ou l'efficacité de certains dispositifs en conditions réelles. Elle est d'ailleurs utilisée par les industriels pour améliorer continuellement leurs produits. Le TCS l'a donc choisie pour inciter les conducteurs et les passagers à adopter une meilleure posture dans l'habitacle.

Des conseils alliant sécurité et confort

Avec une vidéo à l'appui, le TCS donne des recommandations sur les postures à adopter en voiture pour allier confort et sécurité. Le passager doit notamment éviter de mettre ses pieds sur le tableau de bord et les garder de préférence sur le plancher.


De son côté, le conducteur doit :

  • Régler le dossier de son siège à la verticale.
  • Se positionner de manière à avoir les genoux assez détendus pour enfoncer et relâcher les pédales.
  • Se référer au niveau du sommet du crâne pour le réglage des appuie-tête.
  • Garder une distance de 30 cm environ entre sa poitrine et le volant, pour réduire le temps de réaction et éviter de se fatiguer trop rapidement.

Le crash-test du TCS a montré les postures proscrites en voiture. Le mannequin passager avait notamment les pieds sur le tableau de bord et était à moitié allongé. Le mannequin conducteur, quant à lui, était éloigné du volant en raison de la position de son siège basculant à l'arrière. Le choc frontal s'est produit à 64 km/h.

D'importants risques en cas de collision

Dans le cade du crash-test, la voiture transportant les deux mannequins a rencontré un obstacle fixe de face et en pleine vitesse. Les pieds du passager ont empêché le coussin gonflable de se déployer correctement après la collision.

L'airbag a par ailleurs projeté les jambes du mannequin en haut de sa tête. Sur un humain, cette réaction peut se traduire par des blessures très graves et même mortelles. De plus, la position du passager risque de le faire passer sous la ceinture et de le projeter davantage vers l'avant.

Le TCS alerte également les conducteurs sur les dangers de la position de détente, souvent adoptée sur l'autoroute et surtout sur les routes de vacances. En effet, la tête et le haut du corps se sont retrouvés trop éloignés de l'airbag après le choc. De ce fait, la tête du conducteur a fini par heurter le volant.

Enfin, le haut du corps a été tordu par le choc et s'est heurté au pilier B de la voiture. Sans airbag ou en cas de défaillances, un choc de cette intensité risque de provoquer des blessures graves à la tête, voire des lésions potentiellement mortelles.