En 2020, les cotisations d’assurance habitation et automobile augmenteront de 1 à 2 % en moyenne. Telles sont les prévisions du cabinet de conseil Facts and Figures, en se référant à une étude parue vers la fin du mois de septembre dernier. Quelques compagnies d’assurance ont déjà révélé leur intention de revoir leurs tarifs.

Dans un contexte marqué par les taux bas, les assureurs peinent à fructifier les versements mensuels réalisés par les consommateurs. De ce fait, ils estiment ne pas avoir d’autre choix que de relever les primes d’assurance, comme l’indique Manuel Arrivé qui travaille pour l’agence de notation Fitch en tant qu’analyste de crédit.

Concernant les particuliers, cette évolution devrait en revanche être modérée, sachant que la concurrence est particulièrement rude dans le secteur.

Selon Fitch, les bancassureurs choisissent actuellement de diversifier leurs activités. En même temps, l’assurance auto demeure un produit d’appel pour de nombreuses compagnies présentes sur le marché.

Davantage de vols déclarés par les propriétaires de maison

Les assureurs qui proposent des garanties permettant de protéger les habitats font face à la recrudescence des cambriolages. Le taux s’accroît de 5 à 10 % depuis que l’année a commencé, d’après les données de 2019 relevées par Facts and Figures.


Celui qui préside le cabinet, Cyrille Chartier-Kastler, souligne que les dépenses engagées pour les réparations influent également sur les tarifs. D’ailleurs, un assureur déclare que les catastrophes naturelles sont devenues plus fréquentes qu’auparavant, notamment lorsqu’il est question de sécheresse et d’inondations.

Les assurés devront s’attendre à ce qu’en 2020, les compagnies d’assurance proposent des prix plus élevés. Par exemple, un groupe mutuel qui s’impose dans le secteur assurantiel hexagonal renchérira ses tarifs de 2,2 % en matière d’habitation. Cette année, il a déjà appliqué une hausse de 3 %. Un autre challenger envisage aussi une révision plutôt légère de sa grille tarifaire, selon le profil des usagers et les risques qu’ils supportent.

Des véhicules de plus en plus complexes à réparer alors que le nombre d’accidents augmente

Pour ce qui est de la couverture automobile, la progression tarifaire est partiellement causée par un renforcement du niveau de sinistralité, les accidents de voiture s’étant multipliés. Dans le détail, le cabinet relate que le nombre de personnes décédées, suite à un accident routier, a augmenté en 2019. Il en va de même pour les individus blessés. Cette tendance justifie encore davantage la nécessité de souscrire une assurance auto.

De plus, au cours de la dernière décennie, les voitures commercialisées sont équipées de nouvelles technologies toujours plus sophistiquées. Non seulement la réparation coûte plus cher, mais encore les pièces de rechange sont plus onéreuses.

Facts and Figures précise justement dans son étude que le coût de la main-d’œuvre et les autres postes de dépenses comme l’achat d’ingrédients de peinture cette année a augmenté de 2 à 6 % par rapport à 2018.