À compter du 1er janvier 2020, les autorités feront appliquer les nouvelles normes concernant les émissions de CO2 sur le Vieux Continent. Que prévoient les fabricants de voitures en attendant leur entrée en vigueur ? En tout cas, les règles antipollution se durcissent au fil des années afin que les flottes verdissent.

Julia Poliscanova, qui est à la tête de l’ONG Transport & Environment, révèle que les constructeurs automobiles ne veulent pas encore accélérer l’écoulement de véhicules électrifiés. Pour justifier cette démarche, ils prétendent que les usagers de la route préfèrent, pour l’heure, les modèles hybrides ou thermiques permettant de réaliser de longs trajets.

Pour en connaître davantage sur le sujet, l’entité européenne a réalisé quelques recherches. Il en ressort que la faiblesse de la demande tient à la volonté même des industriels. Œuvrant dans le secteur du transport sans négliger les questions environnementales, l’ONG lève tout doute à ce sujet. Explications.

Les fabricants de voitures veulent privilégier la vente de certains modèles thermiques

Dès l’année prochaine, plus d’un million de voitures dotées de batterie électrique pourraient être commercialisées dans l’Union européenne, comme l’indique l'ONG Transport & Environment.

Elle ajoute que le dernier automobile polluant pourrait être mis en circulation en 2030 si les autorités européennes restent sur leur objectif à l’horizon 2050. Plus précisément, il s’agit d’éradiquer l’usage des énergies fossiles dans la seconde moitié du siècle.


Seulement, les vendeurs ont été priés de retarder le plus possible la commercialisation des modèles électriques et à double motorisation. Les industriels souhaitent que les SUV thermiques soient livrés en priorité, avant que les nouvelles normes antipollution n’entrent en vigueur.

Confirmée par Transport & Environment, cette information provient d’une lettre émise par le fabricant Kia Espagne à destination des gestionnaires de concessions espagnoles.

Un maximum de bénéfices avant l’application de la nouvelle réglementation

En raison des prix élevés et de l’insuffisance des stations de recharge, de nombreux Français déclarent ne pas encore être prêts à passer à la voiture électrique. C’est ce qui ressort d’un baromètre annuel dressé par un site dédié à l’automobile.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le gouvernement a décidé d’accorder un bonus écologique de 6 000 euros aux acquéreurs de voitures propres. Ceux qui veulent remplacer leur modèle thermique bénéficient également d’une prime à la conversion (jusqu’à 5 000 euros) et peuvent profiter d’une assurance auto plus avantageuse.

Mais Julia Poliscanova avance que la situation des ventes résulte surtout du fait que les véhicules équipés de moteur thermique (notamment les SUV) demeurent relativement plus rentables :

« La vérité, c’est qu’ils repoussent les ventes de véhicules propres pour écouler un maximum de voitures diesel et essence pour faire du profit ».