En 2021, la prime d’assurance auto en France versée annuellement par les automobilistes est redescendue à 641 euros en moyenne. En 2020, elle s’établissait à 650 euros. Toutefois, ce prix recèle des disparités en fonction des profils des souscripteurs, entre autres. De même, les régions n’appliquent pas toutes les mêmes tarifs.

Comparé aux autres pays sur le Vieux Continent, la prime d'assurance auto en France se révèle assez conséquente. À titre d'exemple, cette couverture est facturée à 617 euros par an en Grande-Bretagne. En Espagne, elle coûte 11 euros de moins. Dans l'Hexagone, la moyenne annuelle atteint les 641 euros, informe un comparateur d'offres assurantielles. Un prix qui, pour la première fois depuis 2017, a baissé de 1,38 %. Par rapport à l'année dernière, il s'agit donc d'un affaissement moyen de 9 euros.

Pour de nombreux experts, cette réduction semble légèrement trop faible, vu les dernières statistiques de la sécurité routière.

Une hétérogénéité de tarifs en fonction des profils et des lieux

Sur les routes françaises, le mois de novembre 2021 s'est caractérisé par :

  •  Une contraction du nombre de blessés, à hauteur de 6 % ;
  •  Un amoindrissement des accidents mortels (-14 %).

Par rapport au tarif susmentionné, qui demeure une moyenne, des disparités se dessinent selon les collectivités. Généralement, les cotisations apparaissent moins abordables dans les communes de grande taille. La raison : les vols de voitures qui touchent en particulier dans les grandes agglomérations. Malgré cette situation, trouver une assurance auto pas cher dans ces secteurs reste cependant possible.


Sur le plan régional, le prix le plus onéreux a été observé en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA). Il faut y prévoir une cotisation annuelle de 717 euros. En revanche, Loire-Atlantique affiche le tarif le moins élevé, avec 21 % de moins qu'en PACA.

Si l'on se réfère au profil des assurés, des inégalités peuvent aussi être relevées. En 2021, les 25 ans ou moins dépensent en général largement davantage que les plus âgés, avec 971 euros/an. La faute à leur profil considéré comme plus à risque par les compagnies d'assurance.

Une faible diminution par rapport à la hausse entre 2015-2020

Comparé à la flambée des tarifs entre la période 2015-2020, la diminution de 1,38 % n'est pas pleinement satisfaisante. Dans cet intervalle, les primes d'assurance auto ont progressé d'environ 15 %.

D'après les spécialistes, ce léger repli résulte en partie des impacts de la concurrence. Pour séduire de nouveaux automobilistes, les assureurs ont à ce titre été obligés de modérer leur grille tarifaire. Surtout qu'actuellement, confronter les devis et résilier son contrat semble plus aisé.

L'effet de la pandémie de Covid a aussi été évoqué. Depuis le début de la crise sanitaire, les Français se déplacent moins avec l'instauration :

  •  Du travail à distance ;
  •  Des périodes de couvre-feu et de confinement.

En conséquence, moins d'accidents se sont produits sur les routes dans l'Hexagone. Ce qui a entraîné une décrue des prises en charge à réaliser pour les sociétés d'assurance.