Dans la soirée du 17 avril, les policiers ont interpellé quatre hommes sur le point de partir avec une vingtaine de pare-chocs volés. Une arrestation effectuée alors que quelques jours auparavant, le même nombre de plaintes a été reçu au Commissariat de Fontenay. D’après les estimations, les malfaiteurs auraient déjà arraché jusqu’à 200 boucliers depuis fin 2019.

Dérobées pour finir en pièces détachées, les citadines populaires sont particulièrement convoitées par les voleurs. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est utile de souscrire à une assurance auto. À ce propos, le tribunal correctionnel de Créteil a condamné trois hommes au mois de mars dernier. Ils sont accusés d'avoir commis des vols de Renault Clio 4 à plusieurs reprises. Les butins ont tous été revendus sur Leboncoin.

Le samedi 17 avril 2021, une histoire similaire s'est produite à Fontenay-sous-Bois, et ce, avec le même modèle de véhicule. La police y a en effet arrêté un gang spécialisé dans les boucliers de cette petite citadine.


Les citadines, faciles à démonter

La soirée du samedi, un individu a alerté la police sur une situation inhabituelle. Trois hommes ont été aperçus à la rue Jean-Zay, effectuant un chargement de pare-chocs dans un utilitaire. Arrivées sur les lieux, les forces de l'ordre ont remarqué à l'arrière du coffre de nombreux boucliers. L'un d'eux était muni d'une plaque d'immatriculation bien distincte.

Après vérification des fichiers sur les véhicules et objets volés, un lien avec une victime a été établi. Les policiers ont alors procédé à l'interpellation des individus et fouillé leur voiture. Ils ont retrouvé 22 boucliers de Clio 4, dont 3 encore non séparés de leurs plaques.

D'après la police, le choix du modèle s'explique par sa facilité à être démonté. Selon les estimations, 150 à 200 pare-chocs auraient été subtilisés par les malfaiteurs depuis un an et demi. Un chiffre qui impacte notamment le secteur de l'assurance auto. Ils finiraient dans la capitale ou sa petite couronne.

Des voleurs en série

Pour leur défense, les deux hommes, majeurs, ont nié avoir commis le vol. Selon leurs explications, ils auraient aidé à transporter les pare-chocs. Le téléphone et les empreintes du troisième homme, mineur, ont fait l'objet d'une analyse. Ce qui a conduit au quatrième homme, également mineur. Ce dernier a été soumis à un interrogatoire le 19 avril dernier et les deux adolescents ont été déférés dans la soirée. Leur comparution devant un juge était prévue pour le lendemain. S'agissant des deux majeurs, ils ont reçu une convocation en vue d'un procès.

Avant l'arrestation du gang, 21 plaintes ont été reçues au commissariat de Fontenay. Toutes ont porté sur des vols de pare-chocs, dont la majorité perpétrée dans la nuit du 6 au 7 avril. Sur Leboncoin, une offre du 12 avril fait état de la disponibilité de plusieurs coloris. À souligner que l'annonce provenait de l'un des deux délinquants, membre du site depuis début avril.