Que prévoit réellement la Loi d’orientation des mobilités ?

Souhaitant réformer les transports sur le territoire français, la LOM porte aussi bien sur le déplacement en milieu urbain que dans les zones peu desservies. +

L’une des priorités de ce texte est de favoriser la pratique de la marche et du vélo. L’objectif est de multiplier par 3 la part des trajets effectués avec ce type de deux-roues d’ici 2024.

Il faut savoir que seulement 3 % des déplacements se font actuellement à vélo. D’ici 5 ans, le gouvernement envisage d’atteindre les 9 % sachant que la distance parcourue au quotidien est inférieure à 5 kilomètres dans trois quarts des cas.


Amélioration du transport ferroviaire

Le projet de LOM est parvenu à l’Assemblée nationale après avoir été examiné par la commission du développement durable du Sénat.

Depuis la Loi d'orientation des transports intérieurs (LOTI), il n’y avait pas eu de grand texte sur la mobilité. Une réforme s’est pourtant avérée nécessaire car selon les chiffres du ministère de l’Environnement, 25 % des Français ont dû refuser une offre d’emploi faute de moyen de déplacement.

La LOM doit également apporter des réponses aux revendications des Gilets jaunes et diminuer la dépendance au véhicule essence ou diesel dans les zones périurbaines et rurales.

Le texte prévoit ainsi d’allouer davantage de financement aux petites lignes de train
. Par ailleurs, ces dernières pourront être directement gérées par les régions si celles-ci le souhaitent. Le développement de l’offre des trains de nuit a aussi été ajouté lors de l'examen au Sénat.

Incitation à adopter des alternatives de mobilité durable

Le projet de LOM prévoit la diffusion de messages incitant à la pratique du vélo ou de la marche et à l’utilisation des mobilités partagées dans les publicités pour les voitures.

Concernant les véhicules électriques, le gouvernement a l’intention de faciliter la mise en place de bornes de recharge en diminuant le coût des raccordements et en instaurant pour les copropriétés l’obligation d’installer plus de prises.


À cela s’ajoutent le dispositif de primes à la conversion déjà en vigueur et la possibilité de réaliser un devis assurance auto à tout moment pour trouver une couverture adaptée à un modèle électrique. Tout a donc été pensé pour atteindre l’objectif de supprimer toutes les voitures carburant à l’essence ou au diesel d’ici 2040.

Le texte encourage aussi la mise en place de plus de zones à circulation restreinte pour les véhicules polluants. Dans les secteurs sujets à des pics de pollution fréquents, les zones à faibles émissions seront obligatoires. En outre, les contrôles des vignettes Crit’Air seront automatisés.