L’an dernier, les ventes de voitures neuves ont régressé de 25,5 % en France. Concrètement, 1,65 million d’exemplaires ont été écoulés de janvier à décembre 2020. Il s’agit pratiquement du même niveau que celui enregistré en 1972. Dans ce contexte maussade, les immatriculations de modèles électriques ont toutefois atteint un sommet historique.

S'étant établies à 1 650 118 unités, les immatriculations de voitures neuves en France ont accusé un énorme recul en 2020. Avec 1,48 million de transactions enregistrées, 1975 est la seule année où le volume de ventes s'est avéré encore plus faible.

Pour les constructeurs tricolores en particulier, la baisse s'est chiffrée à 25 %. Dans le détail, les ventes de Renault ont chuté de 22,7 % tandis que celles de Peugeot ont plongé de 20,5 %. Pour sa part, Citroën a essuyé un repli de 30,8 %. Le nombre de demandes de devis assurance auto et de souscriptions a aussi certainement baissé l'année dernière.


10 mois de baisse pour le marché des véhicules neufs en 2020

Bien que décembre 2020 ait compté un jour ouvré en plus, les ventes de voitures neuves ont chuté de 11,8 % par rapport au même mois en 2019. Dans le détail, 186 323 modèles ont été écoulés au cours du douzième mois de l'année dernière.

Seuls juin et juillet ont affiché une hausse des ventes automobiles (respectivement 1,2 % et 4 %) en 2020. Pour sa part, le recul le plus important a été constaté en avril et s'est chiffré à 88,8 %. Si le gouvernement n'avait pas déployé un plan de soutien, les chiffres auraient été pires. Les observateurs s'accordent aussi à dire que le bilan aurait été meilleur sans le deuxième confinement.

Le volume de ventes sur le marché automobile français n'est pas descendu en dessous des 2 millions depuis 2015. 2 à 3 ans sont à prévoir avant que cette barre ne soit de nouveau franchie selon les experts. C-Ways ajoute que la reprise du marché est conditionnée par la relance de l'activité économique et la normalisation de la situation sanitaire. En attendant, les retards en matière de renouvellement se dissiperont grâce à une offre dynamique de modèles électrifiés. Cette dernière favorisera également le retour dans les concessions.


Résistance du marché de l'occasion et croissance spectaculaire des ventes de modèles électrifiés

Le marché des voitures d'occasion a mieux résisté à la crise en 2020. Avec 5 570 297 immatriculations au total, il a accusé un repli de 4 % comparativement à l'année 2019 où 5 575 994 modèles ont été écoulés. AAA Data a aussi constaté que les formules locatives destinées aux véhicules de seconde main ont connu un bond notable l'année dernière. En effet, elles ont représenté 3 % des immatriculations pour un volume qui s'est approché des 155 000 ventes.

De leur côté, les ventes de voitures électriques et d'hybrides rechargeables ont connu une croissance fulgurante en 2020, dans un contexte général de baisse. D'après le cabinet d'études statistiques précité, il s'en est écoulé respectivement 110 913 et 74 590 unités en 2020. En guise de comparaison, 42 764 modèles électriques et 18 592 PHEV ont été immatriculés l'année précédente.

Les voitures zéro émission ont représenté 6,7 % du marché hexagonal des véhicules neufs en 2020, contre 1,9 % en 2019. La part des hybrides rechargeables, quant à elle, s'est établie à 4,5 %, contre 0,8 % auparavant. Selon AAA Data, les modèles propres devraient poursuivre leur croissance étant donné que le bonus écologique a été reconduit jusqu'en juin 2021.