Le gouvernement publiera par décret les conditions d’octroi des bonus à l’achat de voitures propres pour l’année 2020 en fin d’année. Les changements concernent aussi bien les particuliers que les professionnels. Comme chaque année, le système de malus, est lui aussi amené à évoluer, mais cette fois en raison de l’application du nouveau cycle d’homologation.

Dans l’Hexagone, les automobilistes doivent s’attendre à subir de nouveaux changements par rapport à la taxe écologique en 2020. Il en est de même pour les aides financières imputables à l’acquisition de voitures propres. Dans ce dernier cas, les modèles de prestige sont les plus touchés. Quelles stratégies les consommateurs mettront-ils en place pour payer moins cher ?

En tout cas, si l’exécutif a adopté une telle mesure, c’est pour diminuer les dépenses consacrées au bonus. En effet, celles-ci ont drastiquement augmenté en raison de la hausse des ventes de véhicules électriques en France cette année. Au premier semestre 2019, elles ont bondi de 46 %.


Quand le prix d’achat influe sur le bonus perçu par le futur acquéreur

Les personnes qui aspirent à se procurer un véhicule électrique choisiront-elles de réaliser leur commande avant l’année prochaine ? Il faut savoir que les nouveaux plafonds concernant les bonus écologiques seront, à compter du 1er janvier 2020, fixés en fonction du prix de vente des automobiles.

Le 28 décembre 2018, un décret a été publié pour régir l’octroi du bonus à l’achat quant aux voitures ayant fait l’objet d’un contrat avant que l’année 2019 ne commence. Il stipule :

« Les montants et modalités de la prime antérieurs restent applicables aux véhicules neufs commandés ou dont le contrat de location a été signé avant le 1er janvier 2019 à condition que leur facturation ou le versement du premier loyer intervienne au plus tard le 31 mars 2019. »

Il reste à savoir si cette mesure sera reconduite lorsque le nouveau décret sera publié.

Les voitures de prestige ne sont plus éligibles au bonus

En vertu du nouveau système de bonus malus, les véhicules électriques dont le prix excède 60 000 euros ne feront pas l’objet d’une aide financière. Il s’agit notamment des modèles premium comme l’Audi e-tron ou la Tesla Model S. La Mercedes EQC, la Jaguar i-Pace ainsi que la Porsche Taycan ne sont pas en reste.


Pour les voitures qui coûtent moins de 45 000 euros, la subvention de 6 000 euros continuera d’être accordée. Si le prix du véhicule oscille entre 45 000 et 60 000 euros, l’aide sera diminuée de moitié. En principe, les modèles comme la Nissan Leaf ou la Renault Zoe resteront concernés par le bonus à l’achat.

Ce dernier censé promouvoir la circulation des modèles électrifiés sur les routes de l’Hexagone, notamment dans les grandes agglomérations. À ce propos, les véhicules les plus polluants sont soumis à une restriction de la circulation dès lors qu’ils circulent dans les grandes villes comme Paris, Bordeaux ou Strasbourg.