Pour relancer le marché automobile français, l’exécutif a mis en place un plan de soutien comprenant plusieurs mesures. L’une d’entre elles consiste à faire bénéficier de la prime à la conversion les acheteurs de modèles thermiques. Ce dispositif devrait redynamiser aussi bien les ventes dans l’occasion que dans le neuf. Les détails concernant ce programme.

Les usines automobiles et les concessionnaires ont dû fermer durant le confinement qui a duré près de deux mois. Avec l’arrêt du marché sur cette période, les distributeurs ont engrangé d’importants stocks. Aujourd'hui, la valeur des voitures disponibles à la vente en France s’élève à plus de 10 milliards d’euros.

Pour les marques, il est essentiel de les écouler au plus vite. Elles ont donc mis en place toutes sortes de solutions, notamment des rabais sur les prix. Quel en sera l’impact chez les professionnels de l’assurance auto ? De son côté, le gouvernement a récemment dévoilé son plan de relance pour la filière automobile française. En quoi consiste-t-il ?

La prime à la conversion de nouveau accessible aux acheteurs de modèles thermiques ?

Les stocks de voitures détenus actuellement par les concessionnaires sont composés à 96 % de modèles thermiques. La relance de la filière automobile passe donc nécessairement par l’achat de ces véhicules, bien qu’ils soient connus pour être polluants.

C’est la raison pour laquelle l’exécutif a prévu de faire de nouveau profiter de la prime à la conversion les acquéreurs de ce type de voiture. D’ailleurs, ces derniers peuvent réduire leurs émissions nocives en remplaçant un véhicule thermique ancien par un modèle plus récent.


Pour rappel, la prime à la conversion est une aide qui permet de se procurer une voiture neuve ou de seconde main, contre la remise d’un vieux modèle. Distribuée à partir de 2016, elle a connu un succès populaire. Seulement, le dispositif a coûté tellement cher à l’État que les conditions d’éligibilité ont dû être durcies en 2019. Dès lors, seuls les acheteurs de véhicules électrifiés ont pu y prétendre.

Des mesures relatives à l’achat de voitures propres

En avril dernier, les livraisons de voitures neuves dans l’Hexagone ont régressé de 89 %. En remontant jusqu’au début de l’année, le recul excède 48 %. Dans ce contexte, le gouvernement a décidé de revoir à la hausse l’aide accordée pour l’acquisition d’une voiture électrique.

Selon les informations relayées par Les Échos et Le Parisien, la prime passe à 8 000 euros, contre 6 000 euros auparavant pour les particuliers. Pour les entreprises, l’aide de 3 000 euros est portée à 6 000 euros.

Le gouvernement a également prévu d’accorder un bonus aux acheteurs d’hybrides rechargeables. Encore faut-il que le modèle soit capable de parcourir en mode 100 % électrique plusieurs dizaines de kilomètres. Dans ce cas, l’aide peut aller jusqu’à 2 000 euros.

Le montant doit encore être négocié pour certains de ces bonus. La décision finale reviendra au chef de l’État.