Selon les statistiques, les jeunes âgés entre 18 et 24 ans représentent une grande part dans la mortalité routière en France. La prise de risques, la consommation d’alcool et de drogue se dressent entre autres parmi les causes. À ce titre, les résultats d’une récente enquête semblent apporter des explications.

Dans la circulation automobile, les conducteurs de 18 à 24 ans font mauvaise impression. Selon les données de 2020, cette tranche d'âge représente 16 % de la mortalité routière dans l'Hexagone. Plus alarmant encore, les chiffres montent à 59 % concernant les victimes d'accidents meurtriers. Parmi les causes de ces drames figurent notamment la prise de risques, ainsi que la consommation d'alcool et de drogue.

Un expert en assurance auto a réalisé une étude relative à ces points. L'objectif poursuivi étant d'observer les comportements et usages des jeunes sur la route. Leur rapport à la fête pendant la crise sanitaire constitue également un des objets de l'analyse.


Les comportements routiers risqués sont fréquents chez les jeunes

Caractérisé par une prise de risques élevée, le comportement des jeunes au volant est loin d'être exemplaire. À ce propos, une grande partie (58 %) des interrogés affirment manipuler leur téléphone pendant la conduite. 47 % reconnaissent le faire parfois. Pour le reste (11 %), cette pratique se reproduit souvent. Les raisons de ce comportement sont nombreuses :

- 73 % des sondés se servent de leur smartphone pour écouter de la musique ; - L'utilisation du GPS vient ensuite avec 63 % ; - 46 % envoient des messages au volant et 43 % passent des appels ; - Une minorité regarde des photos (2 %) et des vidéos (4 %).

Par rapport aux fêtes, les résultats de l'étude dévoilent d'autres déclinaisons de ces comportements dangereux. Sur ce point, 41 % des jeunes réussissent parfois à convaincre un ami d'appliquer le principe du SAM (celui qui conduit, c'est celui qui ne boit pas). C'est-à-dire laisser le volant à celui qui est sobre. À côté, seuls 18 % arrivent toujours à cette fin. Enfin, 5 % trouvent cela impossible.

Qu'en est-il de la conduite sous influence??

Au niveau de la consommation de substances psychoactives :

- 51 % des consultés boivent de l'alcool hebdomadairement?; - 10 % d'entre eux fument du cannabis au moins une fois par an.

Parallèlement à cela, 43 % des interrogés ont déjà conduit sous l'emprise de l'alcool ou de la drogue. Parmi eux, 20 % déclarent avoir pris plusieurs fois le volant alors qu'ils étaient sous influence. Pour 23 % d'entre eux, cela s'est déjà produit à une ou deux occasions. Durant ces évènements, une part minoritaire, à savoir 32 %, craint surtout la police. En revanche, 61 % des jeunes ont plus peur des accidents.

Néanmoins, les sujets du sondage témoignent d'une certaine prévoyance après ou au cours d'une fête. Seule une infime partie (6 %) ne prend pas suffisamment, voire aucune précaution. À l'inverse, la part la plus importante (46 %) reste sur le lieu des festivités. Enfin, 18 % s'abstiennent de consommer de l'alcool tandis que 30 % laissent le volant à un ami sobre.