Jusqu’à maintenant, le coût plus onéreux des hydrocarbures comparé à l’électricité constituait l’un des grands arguments de l’automobile électrique. Pour l’avenir, la réalité risque de se montrer nettement différente. En effet, le prix au kilowattheure chez la plupart des opérateurs de recharge, comme Tesla ou Ionity s’est renchéri ces derniers mois.

Pour des raisons variées, outre celles liées à l'écologie, la voiture électrique séduit de nombreux automobilistes. Ainsi, ses utilisateurs la préfèrent aux modèles thermiques pour son moindre coût d'usage en matière d'énergie, par exemple. Jusqu'à présent, celui-ci s'est révélé très profitable comparé à celui des véhicules équipés de moteur à combustion interne.

Cependant, les observateurs s'interrogent si dans un futur proche, l'on pourra encore considérer ce poste de dépense comme un atout. En cause la hausse significative qu'il a affichée au cours de ces derniers mois. Ce phénomène a notamment été remarqué du côté d'Ionity. Un opérateur de recharge disposant d'un réseau concurrençant directement celui de Tesla dans l'Hexagone.


Les tarifs peuvent atteindre jusqu'à 50 euros chez Ionity

L'entreprise Ionity propose un prix au kilowattheure de 0,79 euro en théorie. Mais en réalité, elle applique une facturation à la minute, mais non pas basée sur l'énergie consommée. Une politique qui fait l'une de ses particularités et que plusieurs conducteurs de véhicules électriques jugent aussi singulière qu'agaçante. Puisque ceux-ci sont traités différemment dans une station.

D'une part, l'on trouve les propriétaires d'automobiles à charge lente et présentant une autonomie inférieure à 300 km en cycle WLTP. Ces consommateurs devront payer environ 50 euros pour le recouvrement de 80 % de batterie, qui requiert quasiment 60 min. Un coût qui risque de peser sur le budget mensuel. Dans ce cas, ces électromobilistes peuvent toutefois recourir à différentes astuces pour tenter de modérer les dépenses liées à leurs voitures. L'une d'entre elles consiste à comparer plusieurs devis assurance auto avant une souscription pour profiter d'une cotisation plus avantageuse.

D'autre part, la récupération de 50 kWh d'électricité coûtera 20 euros au maximum pour les détenteurs de véhicules :

  • Capables de se brancher sur une borne à haute puissance (entre 270 et 200 kW en moyenne) ;
  • Ayant une excellente autonomie (supérieure à 450 km en cycle WLTP).

C'est le cas entre autres des Tesla Model 3, Kia EV6, Audi e-Tron GT, Porsche Taycan…


Le prix au kilowattheure chez Tesla a doublé depuis 2020

Chez les autres opérateurs, les tarifs au kilowattheure ont également relativement progressé. Dans l'Hexagone, Fastned pratique un prix de recharge de :

  • 0,45 euro/kWh si l'on a contracté un forfait mensuel de 11,99 euros ;
  • 0,59 euro/kWh en l'absence d'engagement.

Chez Tesla, le tarif a même augmenté par deux depuis 2020. Pour les possesseurs de voiture de la marque, il s'élève à 0,40 euro/kWh au 1er février 2022. Pour les autres qui peuvent depuis récemment se brancher sur les bornes du constructeur, il est fixé à 0,57 euro/kWh. À signaler que selon la station choisie, ce coût peut varier. Néanmoins, la firme américaine, Tesla, proposera un prix préférentiel de 0,40 euro/kWh moyennant un abonnement mensuel de 12,99 euros. Soit le tarif destiné aux automobilistes roulant avec une Tesla.

Pour mémoire, quand l'entreprise texane a commencé à facturer l'utilisation de ses Superchargeurs, le kilowattheure coûtait 0,20 euro. Puis il a grimpé à 0,24 euro. Soit légèrement plus que le tarif public moyen observé du kilowattheure domestique pour une recharge maison en heures pleines. En d'autres termes, charger sur une borne Tesla ou une vieille prise 230 V à domicile revenait presque au même.