Pour l’heure, les usines automobiles continuent de fonctionner normalement, avec l’accord du gouvernement. Leur carnet de commandes bien rempli y est aussi pour beaucoup, mais la situation pourrait ne pas durer. En effet, le reconfinement n’est pas sans conséquence sur les ventes. De nouvelles mesures d’assouplissement attendues devraient contribuer au maintien de l’activité et des salariés employés par le secteur.

Le secteur automobile fait partie de ceux qui ont bénéficié de l'assouplissement des mesures pour ce deuxième confinement. Pour l'État français, l'objectif est d'éviter un ralentissement de l'économie, comme ce qui a été le cas au printemps dernier. Aussi les usines et les concessions peuvent-elles poursuivre leurs activités, sous certaines conditions. Reste à savoir jusqu'à quand.

En tout cas, les mesures mises en place dans le cadre du confinement ont un impact sur les ventes. Naturellement, la production les subit également. Les conséquences pourraient même affecter d'autres secteurs qui dépendent du marché automobile comme l'assurance auto. Un nouvel assouplissement des mesures pourrait y remédier et aider à redynamiser la vente.


Les intérimaires sont les premiers à subir les conséquences du reconfinement

Un cadre chez Renault s'est confié au magazine Le Parisien. Selon lui, le groupe essaie autant que possible d'éviter la fermeture de ses usines. Cette décision s'accompagne d'une nouvelle organisation, mais d'autres solutions seraient également envisageables d'après lui.

Les dénouements en question pourraient se trouver dans la réorganisation des heures supplémentaires et des salariés par intérim. D'ailleurs, PSA s'est déjà penché sur cette deuxième option. Après l'annonce du second confinement, le groupe a fait savoir qu'il suspendait le contrat de l'équipe de nuit à Rennes. Cette décision a été prise pour faire face à une forte augmentation de la demande pour la Citroën C5 Aircross.

Elle concerne 500 personnes, majoritairement des intérimaires. Les salariés en CDI, eux, seront appelés à appuyer ceux travaillant en journée. Dans le même temps, PSA compte mobiliser ses techniciens et cadres pour renforcer l'équipe d'assemblage, dans le cadre d'un volontariat.

À noter que le premier confinement a entraîné une baisse d'environ 90 % sur le marché automobile français suite à l'arrêt de l'activité et des ventes.

La réouverture des concessions comme solution

La baisse de production dans les usines pourrait cette fois être évitée avec la réouverture des concessions. Pour l'heure, elles tournent grâce aux commandes passées avant le reconfinement.


En juin, et même en septembre 2020, les clients se sont précipités dans les concessions automobiles. D'ailleurs, les marques ont constaté une prise de décision beaucoup plus rapide des consommateurs. Ces derniers craignaient probablement un reconfinement, et donc la perturbation des livraisons.

Aujourd'hui, malgré le retour au confinement, les concessions comme les usines automobiles continuent de travailler. Cependant, la prise des commandes se fait en ligne et la livraison sur rendez-vous. Cette solution est loin d'encourager les acquisitions. À cela s'ajoute le report de la réduction du bonus écologique et de la prime à la casse. En effet, cette mesure ne sera effective qu'en juillet 2021. Dès lors, les clients qui souhaitent faire l'acquisition d'un véhicule électrifié pourront repousser leurs achats.

Sans réouverture des concessions, une baisse de la production est donc à prévoir d'ici peu. Chez Renault, comme le souligne l'un de ses cadres dans Le Parisien, l'usine continuera de fonctionner, mais la suite reste incertaine.