Pendant le confinement, les déplacements en voiture des Français ayant été réduits au strict minimum, le nombre d’accidents a diminué de 75 % à travers le pays. Pour récompenser autant que pour soutenir leurs clients, certains assureurs ont réduit leur prime. S’ils refusent l’idée d’un remboursement généralisé en 2020, une baisse des cotisations en 2021 pourrait avoir lieu.

Des remboursements partiels et ciblés des primes d'assurance auto et moto

Avec la chute du nombre d'accidents dans l'Hexagone et les difficultés financières auxquelles les consommateurs font face, certains assureurs leur redistribuent une partie de leurs cotisations.

La Maif a ouvert la voie en déduisant 30 euros sur la prime annuelle de ses adhérents. Ces derniers avaient le choix entre encaisser l'argent ou s'en servir pour financer l'action d'entités telles que le Secours populaire, la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, ou encore l'Institut Pasteur.

Autre exemple, depuis début mai, les détenteurs d'une assurance auto et moto tous risques avec un bonus à 0,50 chez GMF ont obtenu un remboursement de 40 euros sur le total des primes payées au titre de l'exercice 2020. De son côté, la Macif supporte partiellement la prime des automobilistes, dont la situation professionnelle et les revenus ont été affectés par la crise sanitaire.

Selon l'UFC-Que Choisir, ces mesures devraient être généralisées.
L'association de défense des consommateurs réclame ainsi la restitution d'un montant forfaitaire par contrat de 50 euros et 29 euros respectivement pour une voiture et une moto.

Pas de remboursement généralisé, mais possible effort sur les tarifs 2021

Sa requête n'a pas obtenu de suite de réponse positive. En premier lieu, la Fédération française de l'assurance (FFA) a rappelé l'absence d'obligation de gel des tarifs ou de reversement de primes aux assurés.
Florence Lustman ajoute qu'après le déconfinement, le trafic devrait reprendre, entraînant une remontée du nombre d'accidents.

Elle recommande ainsi à ses membres d'attendre la fin de l'année pour faire le bilan au lieu de prendre des mesures dans la précipitation.


En cas d'écart significatif entre les indemnisations et les cotisations perçues du fait d'une faible sinistralité automobile, les compagnies pourraient faire un geste sur leurs barèmes de l'année prochaine.

Sur la base de cette déclaration, l'association de consommateurs CLCV demande à la FFA de

Formaliser son engagement à faire un point sur le coût réel des sinistres et le cas échéant, répercuter une éventuelle baisse sur leurs grilles tarifaires 2021.

Quelques enseignes comme la Matmut ont d'ores et déjà prévu de renoncer à toute augmentation de prix sur les contrats deux et quatre roues en 2021.