Arrivée dans les concessions en mai dernier, la Megane E-Tech représente la nouvelle stratégie de Renault. Une bonne nouvelle pour ce constructeur, elle a exposé d’excellentes statistiques commerciales à la fin du mois d’août 2022. Si bien que la voiture a largement dépassé celle qui aurait pu être le plus grand rival de la Megane.

Les concessionnaires ont commencé à commercialiser la Renault Megane E-Tech en mai dernier. Son prix, avant déduction du bonus écologique, s'établit entre 37 000 et 50 000 euros. Il dépend du niveau d'équipement et des versions.

Ce véhicule incarne simultanément l'affirmation des origines hexagonales du fabricant (son montage s'est déroulé à Douai). Cependant, il matérialise en même temps le basculement du constructeur vers l'électrique et sa réorientation vers le segment C. Une branche plus lucrative et qui regroupe les automobiles familiales.

Grâce à ce symbolisme, la Megane E-Tech a su conquérir l'affection des consommateurs, tant français qu'européens. Au point qu'elle a affiché un très bon démarrage en matière de vente.


Le véhicule surclasse les immatriculations de la Volkswagen ID.3

Les données d'AAA Data témoignent de cet excellent départ. Entre mai-août 2022, révèlent-elles, la version électrique de la Megane s'est écoulée à 10 378 exemplaires sur le Vieux Continent. À préciser que les statistiques enregistrées en France sont prises en compte dans ce chiffre.

La nouvelle venue dépasse déjà largement les transactions de la Zoe, un modèle dont les nouvelles immatriculations diminuent cependant. Une baisse qui devrait influer sur le nombre de visites de sites de comparateur assurance auto qu'il génère.

Les ventes de Megane E-Tech devraient continuer à augmenter au cours des prochains mois. Renault a annoncé durant une récente réunion avec les analystes qu'elle compte déjà une commande de 30 000 unités.

Introduite sur le marché à l'automne 2020, la Volkswagen ID.3 devait en théorie représenter le principal concurrent de la Megane. Cependant, ses chiffres de vente semblent décevoir, avec des achats qui ont chuté considérablement depuis janvier dernier en Europe.

Dans l'Hexagone, la berline compacte du géant allemand ne rivalisera par ailleurs certainement pas avec son équivalent tricolore. Elle ne s'est vendue qu'à 1 492 exemplaires entre janvier et août 2022. Ce volume traduit un effondrement de 52 % par rapport à la même période de 2021.

Le véhicule a profité de la force du réseau commercial de Renault

La Megane E-Tech a de son côté totalisé 6 257 immatriculations en France durant ses quatre mois de commercialisation. Comme d'habitude lors d'un lancement, les véhicules de démonstration (VD) dopent les statistiques des premiers mois. Ceux-ci renvoient aux modèles que les concessions acquièrent pour exposer la voiture aux potentiels acheteurs. Ces VD ont capté 27 % des ventes de Megane E-Tech entre janvier-août 2022, avec 1 679 exemplaires.

La bonne performance de cette voiture résulte de la grande capillarité du réseau commercial du groupe au Losange. Celui-ci constitue d'ailleurs l'un des plus étendus dans l'Hexagone. Les transactions de VD ont toutefois très vite baissé, avec 116 unités seulement en août 2022. Cependant, la Megane E-Tech est nonobstant restée ces deux derniers mois la voiture entièrement électrique la plus vendue en France.

Cette nouvelle venue suscite une vive attention, tant Renault a fixé des objectifs relativement ambitieux. Son directeur général, Luca De Meo, recruté en 2020, l'a présentée comme première concrétisation de la « Renaulution ». Le plan stratégique déployé à son arrivée et dont il a fait les éloges maintes fois avant son lancement.