Passer à l’électrique sans changer de voiture est aujourd’hui possible grâce à la conversion. La transformation est autorisée par la loi et se fait auprès de structures spécialisées qui existent même en France. Deux constructeurs ont également exprimé leur souhait de soutenir les consommateurs dans ce cadre. Il s’agit de la britannique Mini et du groupe français Renault.

La pratique est appelée rétrofit dans le secteur automobile et consiste à convertir des modèles thermiques à l'électrique. Il s'agit d'une alternative pour les automobilistes qui ne souhaitent pas se séparer de leurs voitures. L'offre est ouverte aux consommateurs français qui peuvent confier leurs véhicules à des structures spécialisées dans cette activité.

Bientôt, les propriétaires d'une Mini ou d'un modèle Renault auront aussi l'occasion d'effectuer la conversion avec l'aide du constructeur. Les deux acteurs de l'automobile ont en effet fait part du lancement de leurs usines qui pourront l'effectuer. Le travail se fera au sein de son site de production à Flins pour Renault.


Une usine spécialisée dans le recyclage à Flins

L'usine de Flins appartenant au groupe français Renault sera elle-même transformée bientôt. Elle cesserait les activités de production de modèles neufs pour promouvoir à la place l'économie circulaire, et deviendrait ainsi une Re-Factory.

Le groupe français prévoit d'y mener les opérations de reconditionnement de véhicules d'occasion. À cela s'ajoutent les activités de recyclage de batteries, et comme annoncé récemment, la conversion des voitures thermiques. Le constructeur projette d'ailleurs d'industrialiser la filière.

Renault étudierait en même temps la conversion des véhicules utilitaires. L'idée serait de les faire fonctionner avec de l'énergie électrique ou du biogaz. Ces voitures une fois transformées peuvent bénéficier d'une couverture d'assurance auto comme les modèles classiques. Les conducteurs sont invités à approcher les compagnies d'assurance et leur faire part des caractéristiques du véhicule. Ils pourront ensuite comparer les offres reçues pour trouver l'assurance auto pas cher adaptée à leurs modèles.

Un changement réversible

Le rétrofit est une pratique encadrée par la loi depuis 2020 en France. La filière resterait toutefois peu développée. En cause, les démarches pour obtenir l'homologation qui demeureraient complexes à ce jour. La start-up Ian Motion est l'une des structures qui le promeuvent dans l'Hexagone. Elle propose aux automobilistes de transformer leurs anciennes Mini à motorisation thermique en un modèle électrique. Un marché sur lequel elle pourrait bientôt avoir de la concurrence.

Le constructeur britannique Mini parle de son projet de rétrofit depuis 2018. Baptisé « Recharged », il pourrait se concrétiser prochainement selon l'annonce effectuée. L'activité y afférente se ferait au sein de son unité de production au Royaume-Uni, à Oxford plus exactement.

L'offre serait dédiée aux automobilistes britanniques pour commencer. Le constructeur, filiale de BMW, propose des modifications à caractère réversible. Le moteur, lui, serait gardé pour une éventuelle réutilisation dans le futur en vue d'une conversion inverse.

La voiture, une fois transformée, pourrait se charger avec une puissance modérée allant jusqu'à 6,6 kWh. L'autonomie est estimée à 160 km/h, l'accélération se ferait en 9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.