Le 29 avril dernier, Emmanuel Macron a présenté les détails du plan de déconfinement en France. Parmi les points marquants de son intervention, les commerces pourront rouvrir leurs portes à la mi-mai. À partir de cette date, le public pourra donc affluer vers les showrooms automobiles sans avoir à réserver leur visite. Certaines règles seront néanmoins à respecter.

Après une longue attente, l'horizon sanitaire semble s'éclaircir avec l'annonce du planning de déconfinement. Une étape articulée autour de quatre phases, d'après les propos du président Emmanuel Macron. Avec la levée des restrictions de circulation en journée, la première a débuté ce lundi 3 mai.

Désormais, les Français peuvent librement se déplacer au-delà des 10 km fixés auparavant. À noter cependant que sur tout le territoire national, le couvre-feu s'applique toujours entre 19 h et 6 h. Dans son entretien du 29 avril auprès de la Presse Quotidienne Régionale, le chef de l'État a toutefois indiqué qu'une surveillance accompagnera la suppression des différentes contraintes.


Un espoir pour le rebond des ventes

Dans les collectivités où les contaminations dépasseraient un certain seuil, l'État pourra actionner un système de freinage d'urgence sanitaire. Ce qui annulera tous les adoucissements de restrictions programmés à chaque niveau du déconfinement.

À ce titre, la deuxième partie du calendrier débutera le mercredi 19 mai. À compter de cette date, le couvre-feu passera à 21 h. Elle marque également la réouverture de tous les commerces, y compris les showrooms automobiles. En d'autres termes, ces derniers pourront de nouveau recevoir du public en toute liberté. Il faudra cependant respecter un quota maximum de 1?000 personnes en extérieur, contre 800 en intérieur. Une limite rarement atteinte dans les concessions.

Les commerciaux espèrent une reprise rapide des ventes avec la réouverture totale. Pour attirer les consommateurs, ils misent surtout sur la baisse des bonus écologiques d'ici début juillet. Ceux qui comptent bénéficier des meilleures subventions sur hybrides rechargeables et électriques devront ainsi passer commande au plus vite et souscrire à une assurance auto.

La fin des visites sur rendez-vous

À l'heure actuelle, les concessions ne sont pas complètement fermées. Le gouvernement autorise la vente sur rendez-vous pour éviter un écroulement des prises de commande. Un phénomène qui s'est déjà produit en novembre 2020 avec l'autorisation des ventes à distance uniquement. Le marché avait alors connu une chute de 68 % sur le marché du neuf et 78 % pour l'occasion.


Pour l'instant, il faut donc réserver sa visite si l'on souhaite se diriger vers une concession. Si la mesure permet d'atténuer les conséquences néfastes d'une fermeture totale, elle constitue un obstacle pour les clients. Dans l'attente du déconfinement, nombreux sont ceux qui ont reporté leur projet de commande. Mi-novembre 2020, le volume de véhicules livrés quotidiennement (achetés avant le deuxième confinement) s'établissait en moyenne à 4?200 unités. En temps normal, le marché en recense environ 9?000.