Le confinement en France est supposé être levé au 11 mai prochain. Concrètement, cette date ne correspond qu’au début du déconfinement et ne s’applique donc pas à tous les secteurs d’activité. De ce fait, les concessions comme les garages doivent encore attendre une autorisation avant de pouvoir ouvrir. Les auto-écoles sont également dans la même situation.

Durant le confinement, les compagnies d’assurance ont été moins sollicitées pour couvrir les dommages liés à des accidents de la route. En effet, la plupart des Français ont été contraints d’immobiliser leur véhicule, limitant ainsi les risques d’accrochage. Seuls les travailleurs indispensables, comme le personnel hospitalier, étaient autorisés à circuler pendant cette période.

Les garages pouvaient aussi rester ouverts pour entretenir et réparer les véhicules de ces personnes essentielles, contrairement aux autres acteurs du secteur.

Ainsi, depuis l’annonce du déconfinement, les professionnels de l’automobile attendent avec impatience la possibilité de reprendre leur activité. Ils doivent toutefois respecter les modalités et le calendrier convenus pour la réouverture.

Un calendrier dépendant de nombreux facteurs

Sur BFMTV, le directeur du réseau ECF (École de Conduite Française), Frédéric Martinez, a évoqué l’incertitude régnant au niveau des auto-écoles par rapport à la reprise au 11 mai 2020. En effet, les autorités n’ont pas encore précisé les modalités des mesures sanitaires nécessaires, comme la désinfection des voitures. De plus, ils n’ont reçu aucune consigne concernant les gestes barrières, la distanciation sociale, etc.


D’après la chaîne d’information, les représentants des auto-écoles travaillent actuellement avec le ministère de l’Intérieur pour s’accorder sur les différentes dispositions à prendre après le confinement. La Nouvelle République estime que ces établissements rouvriront seulement après le 25 mai en raison des nombreux détails à régler.

Toutefois, même cette date reste encore optimiste selon les spécialistes. Tout dépend de la délivrance de l’autorisation de réouverture post-confinement par le ministère de tutelle. Par ailleurs, le nombre de masques doit être suffisant pour protéger les moniteurs et les élèves.

Des précautions indispensables

Les observateurs et les professionnels du secteur automobile s’accordent à dire que la date du 11 mai n’est pas envisageable pour la réouverture des concessions et de la section vente des garages. La reprise ne sera, a priori, effective que durant la première ou la deuxième semaine suivant le début du déconfinement. D’autant que ces acteurs doivent aussi attendre une autorisation provenant des autorités.

En raison des spécificités de leur activité, les concessions ont besoin d’un peu de temps pour réorganiser leurs équipes et leurs techniques de vente pour s’adapter à la conjoncture. Les professionnels sont notamment contraints de prévoir de nouvelles procédures, suite à la crise sanitaire. D’ailleurs, de nombreuses précautions restent nécessaires pour éviter une recrudescence de l’épidémie.

Ces mesures sanitaires requièrent de la préparation et des efforts sur différents plans. Les vendeurs doivent notamment désinfecter leurs locaux avant de procéder à la réouverture. Il est également nécessaire de réagencer les espaces pour pouvoir respecter la distanciation sociale durant la période post-confinement.