La Sécurité routière a récemment rendu public son bilan des dix dernières années. D’après son rapport, le nombre d’accidents de la route dans l’Hexagone a fortement diminué au cours de la décennie. Il en est de même pour le nombre de décès qui affiche un repli de près de -17 %. Mais les données chiffrées cachent des disparités entre les catégories de sinistrés.

Hausse des accidents impliquant des seniors

Entre 2010 et 2019, la mortalité sur les routes a reculé de -16,8 %. Quant aux accidents, leur nombre a chuté de -18,7 % en France métropolitaine (56 016 en 2019 contre 67 288 en 2010).

Mais cette diminution générale diffère en fonction des tranches d'âge. Elle a été de -34 % chez les jeunes de 18-24 ans. Par contre, les chiffres ont progressé de +13 % pour les plus de 55 ans, et même de +17 % pour les 55-64 ans. Cette augmentation est encore plus importante chez les 65-74 ans avec une hausse de +20 %.


Ces données vont probablement relancer le débat sur la conduite des personnes âgées et pousser les assureurs à appliquer une majoration sur les primes d'assurance auto des seniors.

Cette tendance baissière est moins marquée outre-mer, où le nombre d'accidents a seulement baissé de -1 % entre 2010 et 2019 et où le taux de mortalité n'a reculé que de -9,6 %.

Les progrès techniques automobiles ont contribué à l'amélioration de la sécurité routière

Divers facteurs peuvent expliquer le bilan positif de la Sécurité routière, entre autres le déploiement des radars sur tout le territoire. Mais il est également possible d'attribuer cette amélioration à l'évolution technique automobile.

En effet, les innovations technologiques diverses ont permis de limiter les accidents, de même que des mesures comme l'obligation pour les constructeurs d'intégrer un dispositif ESP (Electronic Stability Program) sur les nouveaux modèles d'automobile en développement depuis 2011 (à partir de 2014 pour toute voiture neuve).

D'après les chiffres rapportés par Bosch, ce système a permis d'éviter 80 % des accidents dus à une perte de contrôle.

Les sièges arrière ont été renforcés pour mieux assurer la sécurité des passagers en cas de choc frontal.

Enfin, les dispositifs d'aide à la conduite tels que le régulateur adaptatif et le freinage d'urgence autonome ont aussi contribué à faire baisser le taux de la mortalité routière.