Malgré les campagnes de sensibilisation quasi permanentes sur la sécurité routière, sept cent mille Français continueraient de rouler sans être assurés. Ces derniers seraient en plus impliqués dans pas moins de cent soixante-quinze accidents mortels en 2018. Face à ce constat, les autorités ont décidé de renforcer la lutte contre ces conducteurs irresponsables en recourant désormais aux radars automatiques pour mieux les traquer.

Contrôle systématique de l’assurance

Grâce à la création d’un fichier des véhicules assurés (FVA), les forces de l’ordre ne sont plus les seuls à pouvoir repérer les véhicules non couverts par une assurance.

Désormais, les radars automatiques sont en mesure de les détecter systématiquement s’ils sont flashés pour excès de vitesse ou franchissement de feu.

Une amende de 500 à 7 500 euros

La première étape consiste à inciter les propriétaires de véhicules non assurés pris en flagrant délit à régulariser rapidement leur situation via un courrier de relance.

Faute de régularisation, un conducteur non assuré va écoper d’une amende forfaitaire délictuelle de 500 euros pour une première infraction.


Yves Carra, porte-parole de l’ACA (Automobile Club Association, explique que

« Cette amende sera minorée de 400 euros pour un règlement dans les 15 jours ou majorée à 1 000 euros au bout de 45 jours ».

En cas de récidive, le conducteur incriminé sera convoqué au tribunal et encourra une amende pouvant s’élever à 7 500 euros avec une possible annulation de son permis, une interdiction de le repasser ou même une mise à la fourrière de la voiture.

Par ailleurs, il s’expose à des sanctions lourdes, comme le remboursement intégral des victimes en cas de dommage matériel ou corporel.

Portrait-robot du conducteur non assuré

Selon le porte-parole de l’ACA,

« Il existe deux catégories de contrevenant aux assurances auto. D’un côté, nous avons ceux qui sont négligents ou qui omettent de payer leurs cotisations. De l’autre, nous avons les personnes qui font exprès de ne pas assurer leurs véhicules et qui n’ont pas leur permis la plupart du temps ».

Celui-ci les qualifie de « dangereux » et de « délinquants », avant d’ajouter que

« C’est dans les départements de la Seine-Saint-Denis, des Bouches-du-Rhône et du Nord qu’il y a le plus de conducteurs non assurés ».

Pour Arnaud Chneiweiss, ces comportements sont non-citoyens, d’autant plus que l’assurance en France est la plus abordable en Europe avec 200 euros par an en moyenne.