Actuellement, la Chine vit une relance post-Covid moins rigoureuse que ce qui a été attendu. Au cœur de cette situation, les fabricants locaux de voitures électriques aspirent tous à devenir des leaders mondiaux du marché. Dans ce cadre, les autorités chinoises pensent que sur le plan national, ce dernier ne requiert plus aucun appui.

Dans l'industrie automobile, la Chine projette d'accentuer ses efforts en matière de moteur à hydrogène. Le pays compte immatriculer à l'horizon 2030, à travers le monde, 1 million de voitures dotées de cette technologie. Une visée qui semble réservée, compte tenu de son gigantesque marché, avec 28 millions de véhicules distribués en 2021. Au cours des trois prochaines années, l'Empire du Milieu espère mettre 50 000 voitures à hydrogène sur les routes. Pour 2023, l'objectif a été fixé à 5 000 exemplaires.

Concrètement, la Chine, un des plus grands pollueurs de la terre, prévoit aussi d'opérer un verdissement de son parc automobile.


Les subventions ont été abaissées de 30 % depuis le début de l'année

Dans un environnement de concurrence mondiale, elle œuvre pour que ce dernier soit principalement constitué de véhicules jugés entièrement propres. Une transformation qui générera des impacts notamment chez les comparateurs d'assurance auto pas cher. La CAAM (Association chinoise des constructeurs automobiles) a annoncé qu'en 2022, ces voitures devraient rassembler 18 % des ventes totales. Or, cette part s'établissait seulement à 5 % de l'ensemble des exemplaires distribués en 2019.

Cette année, avance la CAAM, 27,5 millions de voitures (particulières ou commerciales) devraient être écoulées. Dans cette hypothèse, une augmentation de 5,4 % se dessinerait alors par rapport à 2021 (26,1 millions d'unités). Sur ce total, les voitures non polluantes représenteraient 5 millions d'exemplaires.

Dans ce contexte de transition écologique, le ministère chinois des Finances publié un communiqué le 31 décembre dernier. Il a déclaré qu'à compter du 1er janvier 2022, Pékin diminuerait de 30 % les aides à l'achat d'automobiles :

  • Hybrides ;
  • Électriques.

Et de poursuivre que les véhicules acquis après la fin de cette année seront exclus des subventions.

Pékin se lance à l'assaut du marché mondial

Frappant les fabricants de voitures électriques, cette mesure intervient alors que la Chine vise la neutralité carbone à l'horizon 2060. Toutefois, les autorités locales font preuve d'assurance quant à la stabilité des ventes dans ce domaine. Au cœur d'une relance post-coronavirus, la distribution de voitures propres a considérablement progressé en Chine. Sur un an, des évolutions au-delà de 100 % ont notamment été observées depuis quelques mois.

Pour l'Empire du Milieu, l'enjeu de l'électrique réside dans l'affaiblissement graduel de sa dépendance vis-à-vis du pétrole étranger. La rivalité parmi les fabricants s'intensifiant, il s'évertue aussi à :

  • Se focaliser sur les ventes de voitures hors du pays ;
  • Se hisser à la place de numéro un sur le secteur.

La Chine pense qu'elle a suffisamment renforcé son marché national, avant d'étendre sa notoriété dans les autres États. Sur ce point, en Europe en 2020, les voitures électriques regroupaient seulement 10 % des ventes d'automobiles neuves. Aux États-Unis, cette proportion s'était établie à 2 %.