Les voitures sans permis (VSP) étaient autrefois considérées comme ridicules et se voyaient affublées de tous les surnoms. Toutefois, depuis quelques années, la situation a radicalement changé. Ce type de véhicule semble même devenir tendance chez les plus jeunes. Les constructeurs se félicitent du succès de la formule et ne cachent pas leurs ambitions sur ce marché.

Aixam et Ligier sont incontournables dans l’univers de l’assurance voiture sans permis. Il s’agit en effet des deux plus grands constructeurs spécialisés dans ce segment en France. Ils sont ainsi les premiers satisfaits en découvrant que leurs produits ont commencé à envahir les parkings des collèges et des lycées.

L’ancien pilote automobile Guy Ligier a fondé une entreprise dédiée à sa passion en 1969. Depuis, la PME familiale est devenue le leader du marché des VSP en Europe et le numéro deux dans l’Hexagone. En 2019, ses usines d’Abrest (Allier) et de Boufféré (Vendée) ont produit 14 500 exemplaires, soit une progression de 7,8 % sur un an.

Un marché porteur mais devant relever plusieurs défis

Encouragé par sa croissance annuelle, le groupe Ligier estime qu’il peut encore gagner en parts de marché en Europe grâce au succès du concept de VSP auprès des adolescents. Ces derniers constituent en effet les premiers clients et les principales cibles des constructeurs évoluant sur ce segment.


Comme l’indique François Ligier, PDG du groupe et petit-fils de son fondateur :

Nous souhaitons atteindre les 200 millions d'euros de chiffre d’affaires d’ici 2023.

Actuellement, la démocratisation des voitures sans permis est encore quelque peu freinée par le coût de production, se répercutant nécessairement sur le prix de vente. Il faut en effet compter 9 000 à 15 000 euros pour un modèle neuf. Le tarif est fonction des options choisies pour le véhicule.

D’autre part, le moteur diesel reste un des plus grands handicaps de ce type de voiture sur le marché, notamment chez Ligier. Néanmoins, le groupe envisage de remédier à ce problème dans les plus brefs délais pour s’aligner sur l’évolution de l’industrie automobile.

Selon le PDG de l’entreprise :

Nous proposerons les premiers modèles électriques dès l’an prochain. L’objectif est d’électrifier 40 % de notre flotte d’ici 2024. C’est très ambitieux !

Une solution plus rassurante

Il y a encore quelques années, les VSP étaient surtout conduites par les seniors. Les habitants des zones périurbaines ou rurales et les personnes n’ayant pas les moyens de financer le permis B y avaient aussi recours. Toutefois, la situation a évolué depuis avec l’arrivée de nouveaux types de clients, comme les automobilistes qui ont perdu leur permis.


En tout cas, le marché a été soutenu par le changement de la législation survenu en 2013. Cette année-là, le BSR a été remplacé par le permis AM, accessible dès 14 ans. Ce document donne le droit de conduire un cyclomoteur ou une voiturette, à condition de compter 7 heures de cours théorique et pratique en auto-école.

Il faut savoir que la vitesse maximale des VSP est limitée à 45 km/h. Les familles disposent ainsi d’une alternative aux deux-roues, en version plus confortable et sécuritaire. Par conséquent, les ménages se tournent de plus en plus vers ces véhicules. Comme le souligne le PDG du groupe Ligier :

Contrairement aux idées reçues, le taux d’accidentologie est très faible. Les parents préfèrent savoir leurs enfants dans nos véhicules que sur des scooters, beaucoup plus dangereux.