Nissan se prépare à la production de sa prochaine citadine électrique qui devrait remplacer la Micra en Europe. Pour concrétiser son projet, le constructeur japonais s’appuie sur l’alliance mise en place avec Renault. Il choisit ainsi de confier son futur modèle à ce dernier par l’intermédiaire de son unité de production à Douai.

La décision prise par Nissan marque la consolidation de l'alliance créée avec Renault et Mitsubishi. Les trois constructeurs cherchaient notamment à mettre leurs moyens en commun pour progresser dans la conduite électrique. Leur projet prend forme avec la production d'une nouvelle citadine électrique de la marque japonaise par Renault. Le travail se fera au sein de son usine à Douai. D'autres projets devraient voir le jour dans les années à venir pour faire honneur à cette alliance. Les informations les concernant ont été communiquées jeudi 27 janvier 2022. Le partenariat se concentre sur le développement de la connectivité et de la mobilité électrique.


23 milliards d'euros d'investissement

La feuille de route commune dévoilée le 27 janvier dernier relate les projets des trois constructeurs jusqu'en 2030. Ils ont fait part de leur souhait de travailler avec plusieurs usines du monde entier et de taille importante pour la production de batteries. Les unités sollicitées devraient leur permettre d'avoir à leur disposition 220 gigawattheures. Cette capacité serait suffisante pour sortir 4 millions de voitures chaque année. Elle comprend la quantité fournie par l'usine à Douai, qui devrait générer 24 gigawattheures d'ici 2030.

La technologie développée par Nissan pour la batterie Lithium-ion devrait également aider les trois acteurs pour leurs programmes. Elle a été annoncée par le constructeur japonais en novembre 2021 dans son plan stratégique. Elle devrait être produite en masse dès 2028, l'usine pilote qui s'en occupera est prévue pour 2022.

Le montant des investissements se situe à 23 milliards d'euros pour les cinq prochaines années. La production de la nouvelle voiture électrique de Nissan représente une manière de concrétiser cette alliance. Comme les modèles précédents, elle peut bénéficier d'une assurance adaptée. Un comparateur assurance auto permettra aux conducteurs de trouver un contrat adapté.

400 000 modèles électriques prévus

Le prochain Nissan électrique est le premier véhicule à utiliser la plateforme commune des trois constructeurs. En effet, bien que le fabricant japonais exploite la même structure que Renault, ils n'ont jamais mis leurs moyens en commun. Ils se servent notamment de la plateforme CFM-EV, qui a permis la production de la Mégane E-Tech électrique et de la Nissan Ariya.

Renault s'est également appuyé sur une usine gérée conjointement par Nissan et le groupe chinois Dongfeng pour la Dacia Spring. Leur plateforme technique commune sera cependant utilisée pour la première fois pour le modèle qui se substituera à la Micra.

Son exploitation a été possible grâce au partenariat mis en place avec Envision AESC. L'usine géante prévue à Douai pour la conception des batteries sera en effet développée avec le groupe chinois. Renault a fixé un objectif d'y produire 400 000 modèles électriques à l'horizon 2025 . Les commandes confiées par Nissan l'aideraient à le réaliser. Le constructeur français a également choisi son unité dans le nord de la France pour les futures R5 électriques .