Après des années de reports, le contrôle technique obligatoire des deux-roues motorisés a été officialisé par un décret publié au Journal officiel du 11 août. Mais à peine le texte paru, le président de la République a demandé sa suspension jusqu’à nouvel ordre. Une réunion va se tenir à la rentrée entre l’Exécutif et les représentants des motards afin de débattre de divers sujets les touchant.

Le contrôle technique des motos suspendu au lendemain de son officialisation

Dans un objectif de lutte contre les nuisances sonores et d'amélioration de la sécurité routière, l'Union européenne exige depuis 2014 la mise en place d'un contrôle technique pour les motos et scooters dans ses États membres.

Une astreinte financière est prévue à partir de 2023 pour les pays qui ne se plient pas à cette directive.

Ainsi, malgré la levée de boucliers des fédérations de motards, qui ont organisé de nombreuses manifestations au printemps dernier, la France a pris une mesure. Un contrôle inspiré de celui réalisé sur les voitures depuis 1992 a été instauré, avec une entrée en vigueur programmée pour janvier 2023.


Mais au lendemain de la parution du décret y afférent au Journal Officiel, le ministère des Transports a annoncé une

Suspension jusqu'à nouvel ordre à la demande du chef de l'État.

Une porte-parole du ministère a ajouté qu'un dialogue avec les fédérations a été convenu pour le 3 septembre prochain.

Plusieurs sujets au menu des rencontres prévues en septembre

Pour autant, le principe d'un contrôle technique n'est pas enterré. Rappelons que ce contrôle tant décrié porte sur tous les engins motorisés d'une cylindrée égale ou supérieure à 50 cm3. Outre les motos et scooters, sont aussi concernés les quads et voitures sans permis. La directive européenne prévoit une longue liste de points de contrôle, entre autres les freins, les pneumatiques, l'éclairage ou le bruit, une problématique majeure dans certaines communes.

Outre le contrôle, deux autres sujets brûlants relatifs aux deux-roues devraient être abordés :

  • l'interdiction de la circulation entre deux files d'automobiles,
  • le stationnement payant, applicable dès 2022 à Paris et en discussion à Nice.

Le ministère de l'Intérieur devrait participer aux échanges en raison des questions de sécurité routière. En 2020, 479 décès ont été enregistrés chez les usagers des deux-roues motorisés, un chiffre en baisse de 32 % sur un an attribué principalement aux confinements.

En attendant, une couverture adaptée reste obligatoire pour prendre la route sur son bolide.

La comparaison de plusieurs devis d'assurance moto s'impose pour trouver une formule sur mesure au meilleur tarif.