L’arrivée des technologies numériques dans l’univers de l’automobile au cours de ces dernières décennies a certes révolutionné le monde des conducteurs. Les logiciels embarqués sont surtout destinés à optimiser la sureté sur les routes et à faciliter la conduite. Cependant, il semble que leur utilisation réduit la concentration des automobilistes. Par exemple, la manipulation des écrans retient plus l’attention de ces derniers que la route qui s’étale devant eux.

Trop de technologie qui distrait

Une étude récente a démontré le danger représenté par l’emploi à outrance des technologies d’aides à la conduite.

Selon les résultats de l’enquête, le recours à des outils comme Apple CarPlay et Android lorsqu’ils sont au volant diminue la réactivité des automobilistes pratiquement de moitié. De plus, toujours d’après les données recueillies, les conducteurs perdent la route de vue pendant au moins 15 secondes lorsqu’ils regardent leur écran, un intervalle de temps largement suffisant pour causer un accident.

Les risques de l’utilisation de ces logiciels ont été comparés avec ceux de la conduite sous influence (d’alcool ou de drogue) et ceux de l’usage du téléphone au volant.


La conclusion est sans appel : la présence de ces outils dans les autos est plus dangereuse. Pour les organismes d’assurance voiture, l’installation de ce type de dispositif constitue pourtant un moyen de sécurisation complémentaire des conducteurs.

Concentration altérée et conduite à faible allure

Le rapport d’AIM Roadsmart met en exergue un certain relâchement dans les comportements au volant des automobilistes dont le véhicule est équipé de dispositifs d’aide à la conduite. Ces outils les distraient et diminuent leur concentration plus qu’ils ne les aident.

Par ailleurs, leur attention étant monopolisée par les fonctions tactiles, ils ont également tendance à réduire leur vitesse, importunant les autres usagers de la route. De même, respecter les distances de sécurité avec la voiture à l’avant et à maintenir son véhicule dans sa file devient difficile, augmentant les risques d’accident.

Quoi qu’il en soit, pour le moment, il n’existe pas de loi qui interdit expressément l’usage de l’écran tactile même s’il est évident qu’il est dangereux au même titre que l’utilisation du téléphone au volant qui est passible d’une amende de 1 500 € et d’un retrait de trois points.