Une assurance dédiée aux conducteurs de ses véhicules. Tel est le nouveau service que le groupe américain Tesla compte lancer sur le marché, comme l’a affirmé son CEO, Elon Musk, au mois de septembre dernier. L’offre en question, qui cible tout particulièrement une clientèle aux revenus élevés, se veut être compétitive.

Pour les assureurs traditionnels, il apparaît difficile d’identifier et de mesurer les risques qui peuvent résulter de l’usage des véhicules tels que les modèles Tesla. Ils abondent de nouvelles technologies dont les performances sont encore méconnues de professionnels du secteur assurantiel.

C’est la raison pour laquelle l’entrepreneur américain Elon Musk, lui-même cofondateur du groupe, prévoit le lancement d’une offre d’assurance adaptée aux véhicules électriques de prestige signés Tesla. Il n’a pas manqué de révéler, au mois d’avril dernier, sa confiance quant à la capacité de l’entreprise à assurer ses propres véhicules.

Le spécialiste des véhicules électrifiés parviendra-t-il à relever le défi ?


Un secteur difficile à appréhender

Qu’en est-il de la faisabilité du projet de lancement d’une offre d’assurance pour les voitures Tesla dont l’activité requiert un capital important ? Les conducteurs californiens de véhicules Tesla ont droit à une couverture relativement moins chère, soit 20 à 30 % moins onéreuse que les tarifs en vigueur chez les établissements traditionnels.

Yves Pizay, qui travaille pour le cabinet de consulting Kea & Partners en tant que senior partner avance qu’Elon Musk devra préalablement relever de nombreux challenges. La concurrence est le premier de ces défis.

Il s’agit d’un secteur très compétitif, où les marges de manœuvre sont quelque peu limitées en raison des réglementations strictes auxquelles il faut se soumettre. Se lancer dans le secteur nécessite en outre, selon l’expert, des compétences confirmées en droit des affaires ainsi qu’une maîtrise des statistiques.

Face à la difficulté du métier, Warren Buffet, le milliardaire américain qui a créé Berkshire Hathaway, a même remis en question la possibilité pour un constructeur automobile de connaître un succès sur un tel marché.

Tesla affiche de grandes ambitions

Elon Musk tient coûte que coûte à poursuivre son projet de fournir une assurance auto. Bien que les voitures Tesla réunissent peu de clients, elles constituent un groupe homogène issu de la classe aisée. Les données récoltées via les dispositifs technologiques intégrés aux véhicules ont permis de perfectionner l’expérience de conduite.


À l’avenir, Tesla pourra également s’appuyer sur les informations récoltées pour déterminer les risques d’accident liés à ses modèles de voitures et proposer ainsi une couverture adaptée.

En tout cas, dans son dernier rapport trimestriel, l’enseigne établit que les conducteurs de véhicules ont 3 à 6,5 fois moins de risques de provoquer des accidents par rapport aux autres automobilistes américains.

Le groupe ne compte d’ailleurs pas se limiter au statut d’assureur ou de constructeur de véhicules haut de gamme. Il ambitionne de devenir un partenaire de proximité pour la clientèle aisée. Si Tesla mène à bien son projet, l’entreprise pourra aller, selon Yves Pizay, jusqu’à proposer une couverture aux clients internationaux ou à prendre en charge les batteries électriques.