Face au réchauffement climatique, le marché de la voiture électrique est en plein boom dans le monde, notamment aux États-Unis. Mais l’accélération du virage électrique est dans le même temps poussée par les aides gouvernementales destinées à faciliter le passage au « zéro émission ». Leader sur ce marché, Tesla croule sous les commandes, mais certains de ses acheteurs retardent l’échéance de paiement pour bénéficier des nouvelles subventions prévues 2022. Un stratagème qui contrarie le constructeur.

Les subventions gouvernementales font hésiter les acheteurs

Depuis quelques mois, la firme d'Elon Musk fait face à une accumulation de voitures en attente de livraison aux États-Unis. En cause, des clients qui effectuent des commandes, mais qui remettent à plus tard le moment de passer à la caisse.

Ils préfèrent en effet attendre le nouveau crédit d'impôt qui entrera en vigueur à partir de 2022 pour pouvoir payer leur automobile.

Cet attentisme des acheteurs agace le constructeur américain qui souhaite éviter une accumulation de son stock dormant. Il mise aussi sur ces nouvelles règlementations de 2022 pour séduire de nouveaux clients.

Pour ceux qui envisagent d'acquérir une voiture de la marque, en plus du budget prévu pour l'achat, faire établir un devis assurance auto adapté au modèle que vous choisirez auprès de plusieurs compagnies d'assurance sera judicieux pour trouver un contrat répondant à vos besoins.


Risque d'annulation de la commande

Pour se départir de cette situation incommodante, Tesla a demandé aux clients ayant réservé leur modèle de s'acquitter du paiement. Ces acheteurs ont reçu une lettre du constructeur américain les intimant de confirmer leur commande avant le 2 décembre dernier sous peine de la voir annulée. Bien entendu, un remboursement de la réservation est prévu.

Certes, cet ultimatum peut choquer, mais la marque ne veut pas que ses ventes traînent. D'ailleurs, la société d'Elon Musk a dû réviser à la hausse à plusieurs reprises ses prix ces dernières semaines sur le marché américain.

Une évolution inévitable compte tenu de l'explosion des prix de certaines matières premières et des tarifs appliqués par quelques-uns de ses fournisseurs. En tout cas, le constructeur ne semble pas subir les effets de la crise avec ses ventes en constante augmentation.