La dernière version du système de conduite autonome de Tesla devrait bientôt débarquer sur le marché. Le constructeur américain a toutefois averti que la version bêta du Full Self-Driving serait particulièrement dangereuse si le conducteur ne respectait pas les règles et que celle-ci serait accessible uniquement à un nombre restreint d’utilisateurs. Ces derniers devront obtenir un Safety Score parfait. Il s’agit d’un système de notation permettant d’évaluer le comportement du conducteur au volant.

Une évaluation précise du comportement du conducteur au volant

Cela fait près d'un an que Tesla peaufine la toute nouvelle version de son système de conduite 100 % autonome. Pour bénéficier de cette technologie, les propriétaires d'une voiture compatible peuvent mettre à jour leur véhicule moyennant 10 000 dollars ou souscrire un abonnement de 200 dollars par mois. Toutefois, l'activation de l'Autopilot ne sera effective que pour les utilisateurs dignes de confiance.

Les automobilistes qui souhaitent utiliser cette technologie devront réussir le Safety Score mis en place par le constructeur pour évaluer la qualité de leur conduite pendant sept jours.

Ils seront notamment testés sur le nombre d'alertes de collision, de freinages brusques, de virages à grande vitesse ainsi que le respect de la distance de sécurité et la désactivation de l'autopilote au moment indiqué. Les conducteurs les plus méritants seront ceux qui obtiennent un score de 100.


Des critères d'admission encore flous

Si le calcul du score de sécurité pour avoir accès à la conduite autonome est transparent, les conditions d'admission ne semblent toutefois pas très claires puisque le chiffre à atteindre n'est pas précisé. La sélection des candidats est ainsi laissée à l'appréciation de la firme d'Elon Musk.

Par ailleurs, tout ce processus donne lieu à la collecte de nombreuses données personnelles sur ses clients.

Selon un tweet posté sur le compte du constructeur américain, la version bêta 10.2 sera lancée massivement dans quelques jours. 1 000 bêta-testeurs seront désignés chaque jour par ordre dégressif des scores.

En outre, Tesla prévoit de tenir compte de ce score de conduite pour développer des solutions d'assurance voiture adaptées à ses véhicules électriques.

Pour le moment, cette option du Full Self-Driving n'est déployée qu'aux États-Unis. En effet, ses spécificités ne cadrent pas avec la règlementation en vigueur en Europe.