Full Self-Driving (FSD), c’est le nom du logiciel utilisé par Tesla sur ses voitures à conduite autonome. C’est aussi le système qui a suscité les inquiétudes des régulateurs craignant certaines failles au niveau de la sécurité. Des craintes que le constructeur veut apaiser, grâce à des touches d’amélioration qui pourraient changer la donne.

Avec les avancées technologiques, la filière automobile a fait d'énormes progrès ces dernières années pour permettre au système de conduite autonome de s'imposer lentement sur le marché ainsi que celui de l'assurance voiture.

Et dans ce domaine, Tesla peut se targuer d'être l'un des pionniers. Concernant ce constructeur, il faut d'ailleurs préciser que, malgré un stade élevé, son logiciel de conduite autonome n'a pas manqué d'attirer l'attention des régulateurs craignant des failles pouvant entrainer des accidents.

Pour rectifier le tir, le Full Self-Driving (FSD), le logiciel en question a connu des touches d'améliorations qui devraient renforcer sa fiabilité notamment au niveau de la sécurité.


Le FSD fait peau neuve

Comme susmentionné, le FSD est la version la plus avancée de Tesla en matière de logiciel de conduite autonome. Concrètement, il est question de la dernière bêta du système qui a le nombre 10.12 comme identification auprès du constructeur.

C'est d'ailleurs ce Full Self-Driving 10.12 qui a attiré la crainte des régulateurs craignant des risques au niveau de la sécurité. Pour cette raison, il devrait faire peau neuve et céder la place à une version améliorée qui sera dépourvue des problèmes qui concernent principalement :

  • Le processus décisionnel du véhicule ;
  • Le système de prédiction des objets.

Ainsi, FSD 10.12 sera rangé au placard pour permettre à FSD 10.12. 2 de faire ses preuves. Du moins, auprès des employés de Tesla qui a tenu à préciser que :

La mise à jour est pour le moment destinée aux seuls employés du constructeur automobile.

À Elon Musk, le patron de la firme d'ajouter :

Le déploiement de cette version bêta sera limité et que son élargissement aux testeurs attendra la version 10.12.2 des employés.

Le FSD 10.12. 2 promet de meilleures performances

D'après Tesla, des efforts ont été fournis pour améliorer la précision de FSD 10.12 et permettre à FSD 10.12.2 de voir le jour.

Dans cette optique, le constructeur a fait savoir qu'il a fait appel à 180 000 nouveaux enregistrements vidéo pour entraîner le modèle du réseau neuronal en charge des opérations de dépassement du logiciel.

Une stratégie qui a permis de renforcer son système de prédiction des objets qui, rappelons-le, présentait des failles lors des changements de voies. De quoi, expliquer l'interdiction de son usage auprès de certains pays si l'Europe et les États-Unis l'ont tout simplement mis sous haute surveillance.

Aussi, l'enseigne a ajouté que ces séances d'entraînement ont également permis de régler le problème lié au processus décisionnel du véhicule qu'est le framework. Celui qui est en œuvre quand le modèle équipé se doit de tourner en notant que c'est la commande qui fait tourner à gauche qui suscite les craintes selon les régulateurs indiquant que :

Les voitures de Tesla tournent à gauche de manière potentiellement dangereuse.

Un souci notamment lié à la sensibilité du système face aux bruits environnants selon le constructeur soulignant cependant que :

Le logiciel Full Self-Driving 10.12.2 est maintenant plus robuste face au bruit de l'environnement, tout en conservant une marge de sécurité.