L’accidentalité a reculé de manière importante durant le confinement. Ce phénomène a permis aux assureurs auto et moto de faire des économies, si bien que certains d’entre eux ont décidé d’en faire profiter leurs clients. L’UFC-Que Choisir a demandé à ce que l’initiative soit élargie à tous les assurés. Sa requête a-t-elle été retenue ?

Avec la réduction du trafic durant le confinement, les assureurs ont réalisé d'importantes économies sur l'indemnisation des accidents de la circulation. Dans ce contexte, l'UFC-Que Choisir a demandé la généralisation de la diminution des cotisations d'assurance auto et moto qui a été appliquée par certaines compagnies.

Celle qui préside la FFA (Fédération française de l'assurance), Florence Lustman, a annoncé qu'une telle mesure est impossible dans l'immédiat. Elle a toutefois souligné que les primes des assurés pourraient baisser l'année prochaine grâce à la chute de la sinistralité en 2020. Par ailleurs, le secteur assurantiel a promis de contribuer au fonds de solidarité mis en place par l'État, avec 400 millions d'euros.

La FFA a réfuté la demande de l'UFC-Que Choisir

L'UFC-Que Choisir avance que si le trafic routier reprend à partir la moitié du mois de juillet 2020, les assureurs seront en mesure d'appliquer une baisse globale de 2,2 milliards d'euros sur les primes de leurs clients. Concrètement, 50 euros pourront être restitués aux conducteurs, contre 29 euros pour les motards.


L'association de défense des consommateurs s'est ainsi adressée au ministre de l'Économie le 27 avril dernier pour contraindre les compagnies d'assurance à réduire les cotisations de leurs adhérents. Par ailleurs, elle a élaboré un courrier type que les assurés peuvent utiliser pour réclamer une baisse de primes à leur assureur. Le document est téléchargeable en ligne.

La présidente de la FFA a répondu à la requête de l'UFC-Que Choisir via une lettre divulguée le 30 avril dernier. Dans celle-ci, elle a admis que le Code des assurances dispose dans son article L113-4 que l'assuré peut bénéficier d'une réduction de ses cotisations si le risque régresse au cours du contrat. Seulement, la diminution de la circulation sur une période ne peut pas être assimilée à une baisse du risque, selon Florence Lustman.

Des mesures ont tout de même été appliquées en faveur de certains assurés

Durant le confinement, les automobilistes et les motards ont dû continuer à verser leurs primes d'assurance malgré l'immobilisation de leur véhicule. En raison des gains qu'ils ont réalisés sur cette période, quelques assureurs ont décidé de faire un geste en faveur de leurs clients.

Le 10 avril dernier, la Matmut a annoncé une réduction de prime de 75 euros pour les assurés auto qui recherchent un emploi. Le groupe a aussi consenti une baisse pour les soignants. Enfin, il a promis un gel des tarifs concernant l'assurance automobile pour l'ensemble de ses clients en 2020 et l'année prochaine.


La Maif, de son côté, a indiqué prévoir la redistribution de 100 millions d'euros aux personnes qui y ont sfvouscrit une couverture automobile. Quant à la Macif, elle a créé une cellule chargée d'examiner un par un les cas de ses adhérents affectés par la pandémie de Covid-19.

Pour sa part, GMF compte restituer 40 euros à ses assurés auto et moto. Encore faut-il que ces derniers aient contracté une assurance tous risques et que le coefficient de leur bonus-malus s'établisse à 0,50.